Australie-Japon

L’Australie et le Japon ont commencé à négocier un accord de libre-échange (ALE) en avril 2007, après avoir conjointement effectué une étude de faisabilité (et signé un plan conjoint de coopération militaire). En avril 2012, 15 rondes de négociations avaient été complétées.

L’entente est censée être exhaustive, mais il y a des divergences importantes concernant l’agriculture, l’automibile et l’énergie. Le Japon tente d’exclure de la portée de l’entente certains produits de la ferme jugés sensibles — incluant le bœuf, le sucre, les produits laitiers, le blé et l’orge — afin de protéger ses fermiers. L’Australie, cependant, veut un accès préférentiel au marché pour ses produits de la ferme au-delà de ce qui a été convenu à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pendant ce temps, les fermiers et consommateurs japonais, avec l’appui de groupes en Australie, se mobilisent pour assurer que tout accord Australie-Japon offre des protections contre les aliments génétiquement modifiés, particulièrement le canola et le bœuf. En fait, depuis 2007, les États australiens renient leurs anciennes politiques anti-OGM, les consommateurs japonais se retrouvant avec bien peu de sources d’approvisionnement en aliments sans OGM, comme l’huile de canola. Plusieurs analystes voient la conclusion de cette entente comme une condition préalable à l’entrée du Japon dans les négociations du Partenariat transpacifique.

dernière mise à jour : mai 2012


Voir plus

Voir moins