Pérou

Le Pérou est l’un des pays latino-américains qui, du point de vue des politiques économiques néolibérales, est allé le plus loin dans la poursuite d’accords de libre-échanche (ALE) depuis les dernières années.

En plus de l’ALE avec les États-Unis (ÉU) et de la négociation d’un accord d’association avec l’Union européenne (UE), le Pérou a signé un ALE avec le Canada en janvier 2007.

En novembre 2008, il a conclu les négociations d’un ALE avec la Chine. Nombre d’analystes pensent que la stratégie de la Chine est d’utiliser le Pérou comme tête de pont latino-américaine pour ses produits.

Dans sa course frénétique aux ALE, le Pérou poursuit des négociations avec l’Association européenne de libre-échange (AELE, qui comprend la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein), l’Australie, l’Inde, le Maroc, Israël et la Russie. De plus, lors du dernier sommet de la Coopération éconimique Asie-Pacifique (APEC) en novembre 2008, le Pérou a entamé son intégration au P4/P7 (Accord de partenariat stratégique transpacifique).

Malgré son discours anti-ALE, Ollanta Humala, la nouvelle présidente péruvienne depuis juillet 2011, continue d’appliquer les mêmes politiques que sous Alan Garcia.

Dans le courant de l’année 2011, le Pérou a signé des ALE avec la Corée, le Japon, la Thaïlande, le Mexique, le Guatemala et l’AELE. On s’attend à ce que les ALE avec l’UE, le Japon, la Thaïlande, le Mexique, le Panama, le Guatemala et le Costa Rica entrent en vigueur en 2012.

dernière mise à jour : mai 2012


Voir plus

Voir moins