Colombie

Au cours des dernières années, le gouvernement colombien a signé des accords de libre-échange (ALE) avec plusieurs pays, dont les États-Unis (ÉU, mis en application en mai 2012), la Chine, le Canada (signé en 2008 et entré en vigueur en août 2011) et l’Union européenne (UE). La Colombie négocie avec Israël (le premier cycle de discussions a eu lieu en janvier 2012), la Corée (depuis 2009) ; explore la possibilité d’un ALE avec le Costa Rica ; et a conlu une étude conjointe sur un ALE avec le gouvernement japonais. Des organisations de travailleurs et de défense des droits de la personne au Canada et aux ÉU ont exprimé leurs inquiétudes et leur opposition à un ALE avec la Colombie en raison de la répression brutale et des violations des droits humains envers les membres de syndicats, les leaders syndicaux, les peuples autochtones et autres communautés colombiennes. Ce sont ces inquiétudes qui retardent la ratification des accords. En Colombie, une coalition nationale contre les ALE, la RECALCA, rappelle que ces accords augmentent davantage la privatisation et la mainmise des grandes entreprises sur la vie des Colombiens et les ressources naturelles du pays. Les fermiers colombiens s’opposent à l’entente car ils craignent ses impacts dévastateurs pour les producteurs locaux et une compétition de plus en plus injuste avec l’industrie agroalimentaire états-unienne. La RECALCA prévient également qu’un ALE avec la Corée pourrait avoir un impact négatif sur le secteur colombien de l’automobile, entraînant des pertes d’emplois.

dernière mise à jour : mai 2012


Voir plus

Voir moins


    Liens

  • RECALCA
    Red Colombiana de Acción Frente al Libre Comercio