(2e LD) La Corée du Sud ratifie l’ALE avec la Chine

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 87.3 kb

Yonhap | 30 novembre 2015

(2e LD) La Corée du Sud ratifie l’ALE avec la Chine

L’Assemblée nationale a ratifié ce lundi l’Accord de libre-échange (ALE) avec la Chine.

Les députés du parti Saenuri et de l’Alliance de la nouvelle politique pour la démocratie (ANPD) ont approuvé l’accord après plusieurs jours de discussions intenses, avec 196 votes pour, 33 contre et 36 abstentions.

L’ALE ne prendra effet que lorsque la Chine l’aura à son tour ratifié. Les deux pays ont signé l’accord le 1er juin. «(L’ALE Corée – Chine) servira de moteur à la croissance de notre future économie avec l’augmentation de 0,96% du produit intérieur brut du pays dans les dix années suivant sa mise en oeuvre», a annoncé le gouvernement.

La Chine est de loin le premier importateur de produits sud-coréens. Les échanges commerciaux bilatéraux se sont élevés à 290,5 milliards de dollars en 2014, 22 ans après l’établissement des relations diplomatiques entre Séoul et Pékin en 1992, selon des données chinoises.

L’accord a été bloqué à l’Assemblée pendant plusieurs jours, l’ANPD ayant estimé qu’il est nécessaire de mettre en place des mesures pour soutenir les secteurs qui souffriront de l’accord, tels que le secteur agricole.

Les chefs des partis Saenuri et de l’opposition à l’Assemblée se sont rencontrés afin de sortir de l’impasse et ont décidé de mesures de soutien aux secteurs agricole et de la pêche. Le gouvernement fournira un soutien financier direct d’environ 1.000 milliards de wons (865 millions de dollars) aux éleveurs et pêcheurs.

Les pays avec lesquels la Corée du Sud a signé un ALE représentent désormais 73% du produit intérieur brut (PIB) mondial.

Grâce à cet accord, les échanges commerciaux bilatéraux devraient dépasser les 300 milliards de dollars, soit 39,5% de plus que les 215,1 milliards de dollars enregistrés en 2012, selon le ministère du Commerce.

Cet ALE devrait permettre au PIB de la Corée du Sud de progresser de 0,96% dans les dix années suivant sa mise en oeuvre, et créer 53.800 nouveaux emplois.

Dans le cadre de l’ALE avec la Chine, Séoul éliminera les barrières douanières sur 79% des produits, soit 9.690 articles, venus de Chine dans les dix années suivant sa mise en application. Pékin fera de même pour 71% des produits, soit 5.846 articles, venus de Corée du Sud.

Après vingt ans, la Corée du Sud aura éliminé 92% des barrières douanières et la Chine 91%.

L’Assemblée nationale a également approuvé ce lundi les ALE avec la Nouvelle Zélande et le Vietnam.

Dans le cadre de l’ALE signé en mai avec le Vietnam, Hanoï éliminera ses droits de douane sur 89,9% des produits de Corée du Sud dans les 15 ans suivant l’entrée en vigueur de l’accord. Séoul fera de même pour 95,4% des 12.232 produits importés du Vietnam, soit 11.668 produits.

En ce qui concerne l’accord avec la Nouvelle-Zélande signé en mars, la Corée du Sud éliminera 96,4% des droits de douanes sur les produits néo-zélandais dans les 15 annnées suivant la ratification définitive de l’ALE. La Nouvelle-Zélande éliminera elle toutes ses barrières douanières sur les produits sud-coréens dans les sept années suivant l’application de l’accord. Les deux pays ont décidé de ne pas inclure le riz et d’autres produits agricoles sensibles dans l’accord, tels que les pommes et l’ail.

Un ALE avec la Turquie dans les secteurs des investissements et du service a aussi été approuvé ce lundi, qui complètera l’ALE sur les produits qui a pris effet en mai 2013. Séoul et Ankara n’avaient alors pas réussi à s’entendre sur ces secteurs. Cet addendum donnera aux entreprises sud-coréennes accès à la majorité du marché des services turcs, à l’exception de quelques domaines, comme les marchés publics et les services des compagnies aériennes.

keywords:
source: Yonhap