A qui profitent les ALE?

L’Economiste | 13-2-2008

A qui profitent les ALE?

· L’import augmente 3 fois plus rapidement que l’export

· Egypte, Tunisie, Etats-Unis creusent le déficit

Les accords de libre-échange profiteraient-ils moins au Maroc qu’à ses partenaires? Les derniers chiffres sur le commerce extérieur en 2007, publiés par l’Office des changes, laissent croire que oui. Il en ressort que les accords de libre-échange continuent de doper nos achats à l’extérieur, sans que nos exportations n’arrivent à y trouver leur marque.

Le Maroc continue donc de faire les bonnes affaires de l’UE, l’Egypte, la Tunisie, les Etats-Unis ou encore la Turquie. Tous ces partenaires enregistrent une croissance à deux chiffres de leurs exportations vers le Maroc. La palme revient aux Etats-Unis qui ont réussi à augmenter leur vente de 66%, en 2007. En retour, les exportations marocaines vers ce pays auront crû trois fois moins rapidement à 23%. Le gap est tout aussi important en termes de valeur: les exportations américaines valent 6 fois celles du Maroc. Les signataires de l’accord d’Agadir ont vu, eux, leurs ventes au Maroc croître de 48%, au moment où nos exportations vers ces mêmes pays dégringolent de 4%. L’Egypte et la Tunisie tirent notamment leur épingle du jeu. Elles boostent respectivement leurs ventes de 52 et 40%. Tandis que nos expéditions vers ces pays chutent ou tout au mieux stagnent: 15% de baisse pour nos exportations sur la Tunisie et tout juste 2% d’augmentation pour les expéditions destinées à l’Egypte. Les Turcs font tout autant mieux que nous. Malgré la stagnation de leurs parts dans nos importations, leurs ventes destinées au Maroc progressent de 26%, à comparer au 1% de croissance réalisé côté marocain.

Rapport relativement plus équilibré du côté de l’UE, pour laquelle nos exportations couvrent à hauteur de 65% nos importations. Pour autant, l’Union affiche au terme de l’année 2007 un rythme de croissance trois fois supérieur aux expéditions marocaines.

Seule note positive, les accords de libre-échange auront été bénéfiques dans le cas des Emirats arabes unis (EAU). Sur ce marché, l’accord de libre-échange permet aux exportations marocaines de progresser de 22%, au moment où nos importations émiraties baissent de 3%. A noter toutefois que le taux de couverture de ces importations est estimé à seulement 20%.

Réda HARMAK

keywords:
source: L’Economiste