ALE KORUS : Séoul propose une étude conjointe sur les effets économiques

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 22.1 kb
Le nouveau ministre du Commerce, Paik Un-gyu, lors de son investiture, le 24 juillet 2017.

Yonhap | 2017/07/25

ALE KORUS : Séoul propose une étude conjointe sur les effets économiques

SEOUL, 25 juil. (Yonhap) — Face à la demande de Washington pour une renégociation de l’accord de libre-échange entre la Corée du Sud et les Etats-Unis (ALE KORUS), le gouvernement de Séoul a proposé la tenue à Séoul d’une réunion du Comité conjoint institué par l’ALE KORUS pour étudier les effets économiques de l’ALE entre les deux pays sans mentionner une «modification» du texte.

Le ministère sud-coréen du Commerce a émis une lettre signée par son nouveau ministre, Paik Un-gyu, adressée au Bureau du représentant américain au commerce (USTR) en réponse à sa demande de session spéciale du Comité conjoint à Washington, aux Etats-Unis, datée du 12 juillet dernier.

Dans cette lettre, le ministre Paik a détaillé que «je propose que le Comité conjoint discute de la meilleure façon de travailler ensemble avec objectivité pour examiner, analyser et évaluer les effets de l’ALE KORUS depuis sa mise en application».

Cette lettre est une réponse officielle dans un délai de 30 jours comme stipulé dans l’ALE KORUS en cas de demande d’une session du Comité conjoint. Alors la réponse du gouvernement sud-coréen pour tenir cette réunion à Séoul montre la volonté de la Corée du Sud de ne pas être emmenée par les Etats-Unis sur ce sujet brûlant entre les deux pays.

Le président américain Donald Trump a qualifié cet accord d’«horrible» en faisant des remarques sur le déséquilibre commercial entre les deux pays et a ouvertement parlé d’une renégociation pour une modification du texte de l’ALE.

Alors le gouvernement de Séoul a pris une position opposée sur ce sujet en citant un rapport de la Commission du commerce international (ITC) des Etats-Unis qui a analysé que le déficit américain dans les échanges commerciaux entre les deux pays s’est élevé à 28,3 milliards de dollars en 2015 et que, s’il n’y avait pas eu l’ALE KORUS, ce déficit aurait atteint 44 milliards de dollars.

Le ministre Paik a noté dans cette lettre que «notre gouvernement considère que cet accord de libre-échange est un fruit de négociations de longue haleine, qui ont été menées par deux différentes administrations dans nos pays respectifs. Cet accord visait à équilibrer les intérêts des deux parties et a généré des bénéfices en termes des échanges bilatéraux, d’investissements et d’emplois durant les cinq années passés depuis sa mise en application.»

Concernant la date de la tenue de la réunion du comité, Séoul a proposé de l’organiser après l’achèvement de la réorganisation du gouvernement, en particulier après l’installation d’une structure chargée des négociations sur les échanges commerciaux rattachée au ministère du Commerce. Le chef de cette structure aura un titre de niveau ministériel.

jhoh@yna.co.kr

keywords:
source: Yonhap