Algérie-USA : vers la facilitation des flux commerciaux entre les deux pays

Afrique Inside | 24 avril 2017

Algérie-USA : vers la facilitation des flux commerciaux entre les deux pays

Par Nassim Mecheri

La 5e session du conseil algéro-américain de l’Accord-cadre sur le commerce et l’investissement (TIFA) qui s’est tenue lundi à Alger, s’est penchée sur la nécessité d’éliminer les entraves aux flux commerciaux et d’investissements entre l’Algérie et les Etats-Unis afin de doper les échanges commerciaux qui ont atteints les 5,6 millards de dollars en 2016.

JPEG - 19.1 kb

Co-présidée par les secrétaires généraux des ministères, respectivement, du Commerce, Mohamed Helaili, et de l’Industrie et des mines, Rabea Kharchi, et par le représentant adjoint des Etats-Unis pour le commerce, Daniel Mullaney, cette session de la TIFA a été axée sur les récents développements dans les politiques économiques en Algérie et aux Etats-Unis et sur l’appui au commerce et à l’investissement à travers le renforcement des capacités.

L’accession de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’accès aux marchés ainsi que le renforcement du cadre juridique bilatéral ont également figuré parmi les thèmes principaux de cette session.

Dans son allocution d’ouverture, M. Helaili a affiché son souhait de parvenir à des résultats qui seront bénéfiques et fructueux pour un développement harmonieux des relations économiques et commerciales entre les deux pays. « Les Etats-Unis sont un partenaire important pour nous, il est notre 6ème fournisseur et 3ème client », a-t-il relevé.

En 2016, le volume global des échanges commerciaux entre l’Algérie et les Etats-Unis a atteint 5,6 milliards de dollars composés de 2,3 milliards de dollars d’importations algériennes et de 3,3 milliards de dollars d’exportations algériennes, contre 4,7 milliards de dollars en 2015 (2,7 milliards d’importations et 1,9 milliard d’exportations), a précisé M. Helaili.

Pour sa part, M. Mullaney a mis l’accent sur l’importance d’élargir la collaboration et de renforcer les échanges avec l’Algérie qui est, a-t-il ajouté, « un pays en phase de transition économique » ayant réalisé des « progrès » sur les plans économique et règlementaire.

Il a, toutefois, appelé la partie algérienne à tirer davantage profit du Système général des préférences (SGP) lequel est un dispositif mis en place par les Etats-Unis en 1970 permettant aux pays en développement de bénéficier des exonérations des droits de douanes et taxes à l’exportation vers le marché américain.

« Nous constatons que l’Algérie n’a placé que deux produits sous le système SGP, et nous souhaitons voir l’Algérie profiter davantage de ce régime tarifaire avantageux », a-t-il soutenu.

Ce régime préférentiel, dont a bénéficié l’Algérie pour la première fois en 2004, concerne les produits manufacturés, les produits semi-finis et certains produits agricoles, de la pêche et de l’artisanat.

Pour rappel, lors de la 4ème session de la Tifa, tenue à Washington en mars 2016, les deux parties avaient examiné plusieurs questions liées à la promotion du commerce bilatéral et de l’investissement, ce qui avait permis d’aboutir à des propositions de partenariat dans le secteur de l’agriculture avec l’activation de l’accord phytosanitaire, celui des transports avec la poursuite des négociations entre les autorités de l’aviation civile des deux pays ainsi que le secteur des finances avec des discutions engagées pour la conclusion d’un accord bilatéral de non double imposition.

keywords:
source: Afrique Inside