Auto : Bruxelles veut évaluer les accords de libre-échange

Les Echos 08/11/12

Auto : Bruxelles veut évaluer les accords de libre-échange

Par Renaud Honoré

Bruxelles veut aider un secteur automobile européen en grandes difficultés. Le commissaire européen à l’Industrie, Antonio Tajani, dévoile aujourd’hui son plan d’action pour cette industrie. Parmi les mesures qui seront annoncées, il y en a une qui devrait particulièrement ravir Arnaud Montebourg : le commissaire italien devrait, selon nos informations, annoncer que des études d’impact vont être menées sur tous les accords de libre-échange signés. Ce sera notamment le cas de celui conclu avec la Corée du Sud, stigmatisé par le ministre du Redressement productif.

Il y a deux semaines, les services du commissaire au Commerce, Karel de Gucht, avaient pourtant rejeté la demande française de mise sous surveillance des importations de voitures sud-coréennes. Mais ça n’empêche pas Antonio Tajani d’avoir une approche sensiblement différente. Il s’agit de ne pas sacrifier sur l’autel des accords commerciaux le secteur automobile, alors que celui-ci est particulièrement fragile. L’accord avec la Corée du Sud aurait ainsi entraîné une hausse des importations des véhicules coréens de 40 % environ, mais, à l’inverse, les exportations européennes n’auraient guère progressé.

Par ailleurs, toute une série de mesures concrètes seront détaillées. Il sera demandé à la BEI (Banque européenne d’investissement) de poursuivre ses efforts pour le secteur (14 milliards d’euros ont été investis ces quatre dernières années). Le fonds européen pour la recherche va être renforcé. La réglementation sera également simplifiée, notamment pour la législation sur les émissions de CO2. Bruxelles veut aussi clarifier les systèmes d’aides pour les voitures vertes.

Enfin, Antonio Tajani veut mettre son grain de sel dans le débat autour de la restructuration des capacités du secteur. Il est envisagé de voir si une meilleure coordination est possible et le commissaire italien devrait bientôt rencontrer les différentes autorités nationales ainsi que les constructeurs.

keywords:
source: Les Echos