Coopération : début des travaux de mise en œuvre de l’accord de partenariat économique (APE) intérimaire entre l’UE et la Côte d’Ivoire

Abidjan.net | 5 avril 2017

Coopération : début des travaux de mise en œuvre de l’accord de partenariat économique (APE) intérimaire entre l’UE et la Côte d’Ivoire

Le comité de pilotage de la signature de l’Accord de Partenariat Economique (APE) intérimaire entre l’UE (Union européenne) et la Côte d’Ivoire a entamé ce mardi 04 avril, les travaux relatifs à la mise en œuvre dudit accord. La partie européenne à savoir la délégation de l’UE a été conduite par Diana Acconcia, la CEDEAO, représentée par le Commissaire du commerce par Laouali Chabou, tandis que la Côte d’Ivoire a été représentée par le Directeur de cabinet adjoint du Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, M. Stéphane Aka Anghui.

JPEG - 12.3 kb

Notons que ce groupe de travail sur l’Accord de partenariat économique (APE) intérimaire fait suite à l’ineffectivité de la mise en œuvre de l’Accord de partenariat économique (APE) régional. Celui-ci prend en compte 16 pays de la CEDEAO, dont 3 pays n’ont pas encore signé, notamment la Gambie, la Mauritanie et le Nigeria.

En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, cet APE intérimaire marque le début d’une nouvelle relation entre elle et l’UE. Selon Diana Acconcia, Chef de la délégation UE, les statistiques économiques prouvent que les échanges commerciaux entre la Côte d’Ivoire et l’UE ont beaucoup augmenté, il y a tendance à la hausse.

« La Côte d’Ivoire a atteint 4500 millions Euros d’exportation dans l’UE, contre 2 milliards d’Euros de ce que l’UE importe de la Côte d’Ivoire » a-t-elle déclaré.

Mais avant elle, ces chiffres ont été confirmés par le Commissaire du Commerce de la CEDEAO soutenant que les entreprises ivoiriennes occupent une place importante au sein de la CEDEAO et font de la Côte d’Ivoire, le deuxième gisement d’exportation après le Nigeria. « Nous nous battons ensemble avec le Gouvernement ivoirien pour que les entreprises ivoiriennes ne perdent pas de part de marché en Afrique et Europe, sans compromettre la dynamique d’intégration régionale » a indiqué M. Laouali Chabou.

Dix ans après la mise en œuvre de l’APE intérimaire en Côte d’Ivoire, c’est aujourd’hui un impératif qu’il stimule la signature de l’APE régional.

A en croire le Directeur de cabinet adjoint du Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, avec 35% des exportations vers l’Europe, ces années n’ont pas été perdues. Il reste convaincu que les opérateurs économiques ivoiriens peuvent tirer un avantage de cet accord. Toutefois, il y a lieu d’actualiser l’offre d’accès et réduire les taxes de douanes, en se servant surtout de l’exemple de l’UE en la matière qui s’est engagée auprès de la CEDEAO.

« La région nous regarde. C’est vrai qu’on peut changer les textes et parvenir à la signature de cet Accord mais tout effort pour se rapprocher au niveau régional est un bon signal pour l’intégration régionale. Nous devons arriver à un APE régional après l’intérimaire pour le bénéfice des entreprises de l’Afrique de l’ouest » a souligné Stéphane Aka Anghui.

Soulignons que certains pays n’ont pas encore signé l’accord : la Gambie à cause du changement de régime ; la Mauritanie quant à elle, parce qu’elle n’est pas membre officiel de la CEDEAO ; et le Nigeria, du fait d’ une partie du secteur privé. Il va donc falloir leur expliquer le bien fondé de leur adhésion à cet Accord de partenariat économique régional.

keywords:
source: Abidjan.net