Etudes comparatives : les limites de l’APE avec l’Union europénne, selon le GICAM

PNG - 270.2 kb

Camer.be | 18 septembre 2017

Etudes comparatives : les limites de l’APE avec l’Union europénne, selon le GICAM

Le mouvement patronal relève que l’éloignement de l’Union européenne requiert plus de capitaux aux PME et PMI camerounaises pour y exporter leurs produits.

« Cependant, en dépit des atouts que présente le marché de l’Union européenne relativement aux marchés voisins du Cameroun (CEEAC et Nigéria), les PME et PMI redoutent toujours l’APE ratifié entre le Cameroun et Union européenne », relève le Gicam. Pour le Groupement, le marché de l’Union européenne est moins accessible aux PME et PMI que les marchés de la Ceeac et du Nigéria. « L’éloignement de l’Union européenne requiert plus de capitaux aux PME et PMI pour y exporter leurs produits. Outre cela, les normes de l’Union européenne sont plus contraignantes », regrette le Gicam.

Qui ajoute que, les produits importés de l’Union européenne sont de loin plus compétitifs que ceux des PME et PMI locales parce qu’ils sont fabriqués dans les meilleurs conditions (meilleure qualité des infrastructures et de l’énergie, meilleure ressources humaines, climat des affaires favorables, etc.) et parfois subventionnés (notamment l’agriculture). L’Accord de partenariat économique (APE) entre le Cameroun et l’Union européenne (UE) est entré dans sa seconde phase, le 4 août dernier, avec une exonération de 15% concernant 917 groupes de produits européens.

Parmi les 917 groupes de produits, l’on a, par exemple, les ciments non pulvérisés (clinker), machines et appareils à imprimer, machines à laver le linge, essuie- glaces, tracteurs, véhicules automobiles de transport de marchandises, embrayages des véhicules automobiles, etc. Cette deuxième phase du démantèlement concerne donc au total 2 677 lignes tarifaires si l’on ajoute les 1 760 produits de la première année de mise en œuvre de l’APE, le 4 août 2016.

Au cours de la première période allant du 4 août 2016 au 4 août 2017, la douane camerounaise dit avoir enregistré 1 344 déclarations ayant bénéficié de la préférence Union européenne (UE). En matière de manque à gagner en recettes douanières, elle a enregistré 703 millions FCFA pour la même période. En ce
qui concerne les importateurs, ils sont au nombre de 230 ayant bénéficié de la préférence UE. Pour rappel, le Cameroun a ratifié l’APE en juillet 2014. Cet accord est opérationnel depuis le 4 août 2016.

Depuis lors, les 1 760 produits européens concernés par la suppression des barrières douanières peuvent accéder au Cameroun en mode préférence, en bénéficiant d’un abattement douanier de 25% chaque année. Ces produits de l’UE seront libres d’accès dès 2020. En 2018, une autre catégorie d’articles européens s’ajoutera à la liste des exonérations, puis une troisième à partir de 2021.

Il est à noter qu’après un an de mise en œuvre de l’APE, 1 319 déclarations ont bénéficié de la préférence Union européenne. Mais depuis le début de l’année 2017, l’on relève une tendance baissière avec une moyenne mensuelle de 100 déclarations ayant bénéficié de la préférence UE contre 124 en 2016. La valeur totale des marchandises ayant bénéficié de la préférence UE se situe à 26,6 milliards de FCFA. Le manque à gagner global, lui, est évalué à 684,7 millions de FCFA.

keywords:
source: Camer.be