Ford Canada critique l’accord de libre-échange avec la Corée du Sud

Agence France-Presse | 11 mars 2014

Corée du Sud: Ford Canada critique l’accord de libre-échange

La filiale canadienne du constructeur américain Ford a vivement critiqué mardi l’accord de libre-échange conclu entre le Canada et la Corée du Sud, affirmant qu’il mènerait à une invasion de voitures Kia et Hyundai sur le marché canadien.

«Nous croyons que la Corée du Sud restera l’un des marchés automobiles les plus fermés du monde en vertu de l’accord négocié par le gouvernement canadien», a dit la PDG de Ford Canada, Dianne Craig, dans un communiqué.

«Pour cette raison, nous ne pouvons soutenir l’accord de libre-échange canado-sud-coréen», a-t-elle ajouté.

Le premier ministre canadien Stephen Harper a regretté ces critiques d’un accord qu’il a signé mardi à Séoul et centré sur les secteurs de l’automobile et de l’agriculture.

M. Harper a rappelé que Ford disposait déjà d’un accès privilégié au marché sud-coréen en vertu de l’accord de libre-échange conclu il y a deux ans par la Corée du Sud et les États-Unis, avec le soutien du constructeur.

«Ce que nous faisons cette fois c’est permettre à d’autres entreprises canadiennes et d’autres secteurs d’obtenir le même accès dont dispose déjà Ford», a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Or, selon la présidente de Ford Canada, les ententes de libre-échange que les États-Unis et l’Union européenne ont conclues séparément ces deux dernières années avec la Corée du Sud n’ont pas permis d’inverser le flux du commerce automobile entre ces partenaires, dominé par Séoul.

Elle accuse Séoul de protéger son marché avec des barrières non tarifaires et en «manipulant» sa devise pour favoriser ses exportations de véhicules.

Le Canada représente le cinquième débouché le plus important pour l’industrie automobile sud-coréenne. L’année dernière, elle a exporté pour 2,23 milliards de dollars de véhicules vers le Canada mais n’en a importé que pour 92 millions de dollars, en tenant compte aussi des pièces détachées.

Selon les termes de l’accord, la Corée du Sud accepte d’abroger entièrement sa taxe à l’import de 8% sur les véhicules et pièces détachées canadiennes.

Le Canada s’engage pour sa part à réduire sa taxe sur les véhicules et pièces détachées sud- coréennes de 6,1% à 4%, dans un délai de 24 mois.

Ford Canada emploie près de 6000 salariés dans ses usines de l’Ontario, dont environ la moitié à sa chaîne d’assemblage d’Oakville, dont les modèles sont exportés vers plus de 50 pays dans le monde.

source: AFP