L’Algérie a donné son accord pour signer la convention de la zone arabe de libre-échange

Agence Algerienne d’Information 15-04-2007

Commerce/arabes/zone de libre-échange
L’Algérie a donné son accord pour signer la convention de la zone arabe de libre-échange

Alger, (AAI)- Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a donné, au cours de la récente réunion de Riyadh, son accord afin de signer la convention pour la création de la zone arabe de libre-échange, rapporte le quotidien « Liberté ».

Dix-sept pays ont d’ores et déjà paraphé la convention pour la naissance de cet espace arabo-arabe, ajoute le journal, citant le Ministre du Commerce, El-Hachemi Djaâboub, qui souligne que la question des règles d’origine constitue un sérieux facteur de blocage sur lequel divergent toujours les membres de la Ligue Arabe.

“Nous considérons que ce problème est une contrainte temporaire que les ministres du Commerce des pays membres s’attellent à lever pour permettre aux opérateurs arabes de commercialiser leurs produits en toute liberté dans cette zone”, a rassuré le premier responsable du département du Commerce.

Sur le plan international, l’Algérie a décidé aussi de mettre en application la décision n°200, émanant de la Ligue arabe, liée à l’exonération des droits et taxes sur tous les produits en provenance de Palestine en guise de soutien pour ce pays. Une convention sera bientôt signée dans ce sens entre M Djaâboub et un ministre palestinien dont la visite est attendue prochainement.

Le Ministre a par ailleurs annoncé la création, pour les échanges commerciaux algéro-libyens, d’un passage douanier commun et a affirmé aussi qu’un accord sera prochainement signé entre l’Algérie et la Tunisie pour arrêter une liste des produits qui seront exonérés de droits et taxes.

Par ailleurs, l’Algérie, révélera-t-il, négocie actuellement son adhésion à l’Association européenne de libre-échange (AELE), composée entre autres de la Suisse et du Liechtenstein.

Abordant le volet du processus de l’adhésion à l’OMC, Djaâboub a indiqué qu’il y a six mois, 13 questions étaient en suspens. Mais, lors de la réunion de la commission nationale chargée du suivi de l’accession de l’Algérie à l’OMC, tenue il y a un mois, 11 sur les 13 questions ont été avalisées par le Chef du gouvernement et transmises au siège de l’organisation à Genève.

Cependant, les secteurs des services et de l’audiovisuel demeurent la pomme de discorde entre l’Algérie et les membres de l’OMC, conlut la même source.

keywords:
source: AAI