La Gambie reprend le processus de la signature des Accords de partenariat économique avec l’UE

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 52.1 kb

Keppar | 17 août 2017

La Gambie reprend le processus de la signature des Accords de partenariat économique avec l’UE

Le gouvernement de la Gambie et l’Union européenne ont repris le processus de signature d’un accord de libre-échange, appelé Accord de partenariat économique, a déclaré le gouvernement et les responsables de l’UE, informe The point.

La signature et la ratification de l’accord verraient des produits de la Gambie entrer dans le marché européen sans droits et les produits européens ayant un accès similaire au marché gambien sur une période déterminée.

En Afrique de l’Ouest, la CEDEAO a mené la discussion des Ape en tant que bloc avec l’UE et, jusqu’à présent, tous les Etats membres, à l’exception de la Gambie et du Nigéria, ont signé l’accord.

La Gambie ne pouvait pas faire partie des signataires, car la position de président de l’ancien président Yahya Jammeh était : « La Gambie ne sera jamais partie des Ape avec l’UE, car elle vise à continuer la même exploitation et l’appauvrissement du continent africain ".

Avec le changement de gouvernement, l’ambassadeur de l’UE en Gambie et le Ministère du commerce de la Gambie ont tous deux confirmé que le processus pour que la Gambie fasse partie de l’APE a commencé sérieusement.

L’ambassadeur Attila Lajos a déclaré que le processus a été en cours et que la réponse du gouvernement a été clajr

"j’ai reçu une réponse positive du gouvernement", a-t-il déclaré lors d’une réunion avec des journalistes hier dans un hôtel de Kololi.

Lors de la discussion, l’ambassadeur de l’UE a déclaré: « Le gouvernement de la Gambie a manifesté son intérêt à se joindre aux Ape pour tirer parti des avantages qui en découlent.

A la question de savoir si le gouvernement signera le traité, il répond que cela dépend du gouvernement. "Mais à mon humble avis, c’est juste une question de temps."

Le secrétaire permanent du ministère du Commerce, de l’Intégration régionale et de l’Emploi, Naffie Barry, a déclaré qu’au niveau du gouvernement de la Gambie, le processus a commencé, mais la ratification effective de l’accord n’est pas encore effective.

"Oui, nous travaillons à la finalisation de l’APE, mais il n’y a pas de délai pour le signer parce que cet accord ne dépend pas du seul gouvernement. Cela implique un processus ", a-t-elle déclaré.

Le processus, a déclaré PS Barry, comprend la sensibilisation des parties prenantes, en particulier des entreprises et des agriculteurs, aux avantages de l’Ape. Après la sensibilisation, le traité de l’APE passera à l’Assemblée nationale pour ratification.

"Nous ne nous contentons donc pas de le signaler, mais oui, le processus a commencé", a-t-elle affirmé.

Dans les engagements initiaux et les négociations pour obtenir que la Gambie signe l’APE, certains membres actuels de l’Assemblée nationale du gouvernement, lorsqu’ils étaient en opposition, se sont fermement opposés à ce que la Gambie ait signé l’accord.

Le député de l’Assemblée nationale pour Wuli West, l’hon. Sidia Jatta, a déclaré que l’APE de l’UE n’a pas d’intérêt pour l’Afrique car il est destiné à garder les pays africains comme la Gambie à la merci des entreprises européennes.

"L’EPA ne nous emmènera que dans le cas contraire, mais ça va nous laisser davantage dans les problèmes auxquels nous sommes confrontés économiquement", déclare Hon. Jatta.

"Les économies développées savent que nous sommes tellement défavorisés et ne pouvons rien produire pour rivaliser avec eux et c’est pourquoi ils nous veulent dans un arrangement qui nous fait servir leur marché à perpétuité".

Pendant que la Gambie a commencé le processus d’engagement qui verrait la signature de l’APE, le Nigeria - l’autre pays qui avait refusé de signer – semble changé d’avis.

"Il est peu probable que le Nigéria signe l’accord", a déclaré Sylvester Bagooro, économiste politique du Third World Network, une organisation de la société civile.

Il a déclaré que le Nigeria veut actuellement développer son secteur industriel et, ce faisant, il doit imposer des taxes et des tarifs sur l’importation de certains produits afin de protéger l’économie du pays. Il n’a donc pas vu la probabilité de signature par le Nigéria.

keywords:
source: Keppar