Le JEFTA ne doit pas se faire au détriment des travailleurs et des citoyens

JPEG - 590.9 kb

CGT et ZENROREN | le 25 juillet 2017

Le JEFTA ne doit pas se faire au détriment des travailleurs et des citoyens

Le 6 juillet, l’Union européenne et le Japon ont signé une déclaration d’intention « politique » sur le souhait d’aboutir à un nouvel accord de libre-échange appelé JEFTA (Japan-EU Free Trade Agreement).

La CGT de France et ZENROREN du Japon expriment leur profonde inquiétude face à un processus marqué par des négociations secrètes.

Ensemble, elles exigent qu’avant d’aller plus loin, le Gouvernement Japonais et la Commission Européenne s’engagent à :

  • Assurer toute la transparence sur les négociations en cours – transparence n’étant pas la même chose qu’information ;
  • Consulter les organisations syndicales et les ONGs des deux parties et tenir compte de leurs avis ;
  • Ne pas élaborer le JEFTA sur les bases sociales les plus basses des deux parties, mais sur le meilleur pour la sécurité, la santé et le bien-être des travailleurs ;
  • que, afin d’éviter entre les deux parties le dumping social et les inégalités, les salaires soient alignés au plus haut ;
  • Affirmer le principe de précaution comme règle obligatoire pour tous les échanges qui suivront le JEFTA afin de protéger la sécurité des citoyens et des travailleurs ;
  • Respecter la démocratie et les spécificités nationales (culture, alimentation ...);
  • Refuser la mise en place de procédures de règlements des différends entre investisseurs privés et Etats (ISDS) comme il en existe dans d’autres accords et qui sont souvent utilisés pour s’attaquer aux droits sociaux.

ZENROREN et La CGT resteront attentifs à la prise en compte de leurs demandes et lutteront contre tous les accords de libre-échanges établis au détriment des travailleurs, des citoyens et des consommateurs.

フランス語と英語 : Sylvain Goldstein +33 6 52 82 23 50 / s.goldstein@cgt.fr 日本語と英語 : Keisuke Fuse +81 902 406 4250 / k-fuse@zenroren.gr.jp

source: CGT