Les agriculteurs manifestent contre le traité avec le Mercosur

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 93 kb

Ouest France | 21 février 2018

Les agriculteurs manifestent contre le traité avec le Mercosur

(AFP) Plusieurs centaines d’agriculteurs mécontents ont manifesté ce mercredi un peu partout en France, pour dénoncer les accords sur le libre-échange qui se négocient entre l’Union européenne et le Mercosur.

Les agriculteurs en colère manifestent ce mercredi contre le projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur. Un mouvement de protestation à l’appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs, à trois jours du salon de l’Agriculture.

Plusieurs actions coup de poing ont eu lieu partout en France, notamment dans l’Ouest : au Mans, à Vannes, Nantes ou encore Quimper.

Les agriculteurs mobilisés dans l’Ouest

À Nantes, une soixantaine de tracteurs bloquaient la préfecture, alors qu’environ 200 agriculteurs répondaient à l’appel de la FNSEA ce mercredi midi.

À Quimper, les représentants locaux de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs ont rencontré, ce mercredi, le secrétaire général de la préfecture du Finistère, à Quimper.

Les syndicats veulent interpeller le Président Macron sur le « danger » que représente l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Mercosur pour leur profession et les consommateurs.

Autre sujet d’inquiétudes à Vannes : la charte de bonne conduite de la grande distribution formulée lors des États généraux de l’alimentation. Une vingtaine d’agriculteurs se sont relayés ce mercredi afin de bloquer les accès des livraisons du centre commercial Carrefour à Vannes. Les manifestants réclament des explications de la part de la chaîne de magasin.

Un peu avant 13 h, des agriculteurs à La Roche-sur-Yon ont indiqué qu’ils allaient se diriger vers la préfecture pour « déverser des plumes » devant les grilles, alors que la ville a été partiellement bloquée par 80 tracteurs et 300 manifestants.

Au Mans, la circulation du tramway a été interrompue quelques heures en raison de la présence des manifestants.
Crainte sur l’importation de viandes sud-américaines

Au premier rang, les éleveurs, qui craignent l’importation chaque année en Europe de 70 000 tonnes de viande bovine sud-américaine, sans droits de douanes.

Les négociations sur ce projet d’accord, bloquées par la question des exportations de viande de bœuf de l’Amérique du sud vers la France, devaient reprendre ce jour à Asuncion.

Des opérations escargot étaient également menées dans la Loire et en Saône-et-Loire, notamment à hauteur de Rive-de-Gier sur l’A47 entre Saint-Etienne et Lyon. Une quarantaine de tracteurs y participaient : « Macron sauve notre canton », réclamait une banderole sur un tracteur en tête de cortège, a constaté un photographe.

Tracteurs et fumiers devant les préfectures

En Saône-et-Loire, la préfecture a décompté environ 80 manifestants, 32 tracteurs et une trentaine de voitures.De nombreuses manifestations ont également touché l’Ouest et le Sud-Ouest.

À Bordeaux, une cinquantaine de paysans ont manifesté près de la préfecture de Gironde, avec quelques tracteurs et deux vaches, des Blondes d’Aquitaine.

« Macron Trahison » ou « Mercosur, distorsion à coup sûr », pouvait-on lire sur de grandes bâches noires, selon un photographe de l’AFP sur place.

À la sortie d’une rencontre avec le préfet, les agriculteurs mécontents ont vidé deux remorques de fumier et de paille, avant d’y mettre le feu, déversant également du lisier devant une vingtaine de CRS qui protégeaient l’accès à la préfecture.

source: Ouest France