Libre-échange auto: la Corée s’insurge contre la France

La Tribune | 08/08/2012

Libre-échange auto: la Corée s’insurge contre la France

Alain-Gabriel Verdevoye

Le gouvernement sud-coréen réfute les allégations de la France, selon lesquelles le marché tricolore serait envahi de voitures produites en Corée.

La Corée du sud s’insurge contre l’Hexagone. Le Pays du matin calme s’attaque aux allégations du gouvernement français, selon lesquelles le marché hexagonal serait inondé de voitures coréennes, les qualifiant de "sans fondement". Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, avait annoncé vendredi dernier que le gouvernement demandait à la Commission de Bruxelles la mise sous surveillance l’accord de libre-échange conclu entre l’Union européenne et la Corée du sud. Cette décision "fait suite à la progression très importante des importations en France de véhicules coréens", avaient expliqué les pouvoirs publics français, affirmant que, sur les deux premiers mois de l’année, la hausse était de 50%.

Déséquilibre flagrant

Un porte-parole du gouvernement sud-coréen a affirmé ce mercredi: "nous avons analysé l’état du commerce automobile avec l’Union européenne et nous avons conclu que leurs allégations sont sans fondement", selon l’agence coréenne Yonhap. "Il est vrai que les exportations de voitures vers la France ont bondi au cours des deux premiers mois de l’année, mais les ventes ont baissé sur la période d’avril à juin", a expliqué le porte-parole.

Sur les deux premiers mois de 2012, les exportations de véhicules du Vieux continent vers la Corée ont chuté de 13% à 12.105 unités (par rapport à janvier-février 2011). Dans le même temps, l’Union européenne a importé 79.935 véhicules de Corée, en hausse de 78% ! Et ce, selon les statistiques douanières coréennes. La disproportion est tout de même flagrante. Sur une plus longue période, entre juillet 2011, date de la signature des accords, et fin février 2012, l’industrie auto coréenne a accru de 77% ses exportations vers l’Europe (en comparaison de la même période un an auparavant) à 303.557 véhicules... Six fois plus que le nombre de voitures européennes entrées dans la péninsule coréenne.

Baisse des tarifs douaniers

L’accord de libre-échange européo-coréen prévoit qu’une "augmentation soudaine des importations dans un ou plusieurs États membres de produits appartenant à un secteur sensible, dont l’automobile, doit être notifiée à la Commission qui s’en saisit dans les meilleurs délais". Et ce, afin "d’envisager les nouvelles dispositions à prendre si les relations commerciales s’avèrent trop inégales". Les tarifs douaniers pour les petites voitures étaient de 10% avant l’entrée en vigueur de l’accord. Ils sont tombés à 8,3% à partir du 1er juillet 2011, puis à 6,7% au 1er juillet 2012 et ils doivent être à 0% en 2016. Pour les voitures de moyenne et grosse cylindrée, le tarif douanier a été réduit à 4% depuis le 1er juillet dernier.

source: La Tribune