Marée noire de manifestants à Taipei

JPEG - 544.3 kb
200 000 selon la police, 500 000 selon les organisateurs (AFP)

Courrier International / Chungkuo Shihpao | 31 mars 2014

TAÏWAN • Marée noire de manifestants à Taipei

A l’appel des étudiants taïwanais en lutte contre un traité commercial portant sur les services avec la République populaire de Chine, quelque 110 000 personnes (selon la police) habillées de noir ont envahi le dimanche 30 mars le boulevard Ketagalan, devant le siège de la présidence à Taipei. Selon les organisateurs, ils étaient 500 000, rapporte le Chungkuo Shihpao.

Brandissant des tournesols, les manifestants clamaient leur opposition au président Ma Ying-jeou et exigeaient le retrait de l’accord. Les étudiants occupent depuis treize jours la Chambre des députés et affirment lutter pour la défense de la démocratie.


JPEG - 51 kb
Protestation massive à Taipei contre un projet d’accord entre Taiwan et la Chine, portant sur le commerce des services - AFP/Mandy Cheng

Les Echos | 31.03.2014

Cette nuit en Asie : à Taiwan, une manifestation monstre contre un accord avec la Chine

Par Gabriel Gresillon et Yann Rousseau

Entre 200.000 et 350.000 personnes se sont rassemblées hier à Taipei contre un projet d’accord entre Taiwan et la Chine portant sur le commerce des services. Ce texte prévoit d’ouvrir 80 secteurs des services en Chine aux investisseurs taïwanais, et de faire de même pour 64 secteurs taïwanais aux entreprises chinoises.

Les rues de Taipeh ont été envahies, hier, par une foule massive. Entre 200.000 et 350.000 personnes, selon les estimations, se sont rassemblées aux alentours du palais présidentiel pour exprimer leur opposition vis-à-vis d’un projet d’accord entre Taiwan et la Chine portant sur le commerce des services. Ce texte, qui prévoit d’ouvrir 80 secteurs des services en Chine aux investisseurs taïwanais, et de faire de même pour 64 secteurs taïwanais aux entreprises chinoises, a commencé à susciter, il y a deux semaines, des réactions d’opposition dans les milieux étudiants.

Mais le mouvement a gagné en ampleur pour atteindre, hier, une proportion inédite qui constitue un test important pour le président Ma Ying-jeou. Celui-ci a effectué quelques concessions au cours des derniers jours, mais se refuse à revenir sur cet accord commercial. A plusieurs reprises, il a répété que son pays, en ne ratifiant pas ce texte, irait contre le sens de l’histoire et risquerait de pénaliser durement son économie. Un centre de recherche affilié au gouvernement affirme qu’en ratifiant cet accord, Taiwan gagnerait 12.000 emplois dans les services. Non seulement les manifestants doutent de ces calculs, mais ils semblent surtout inquiets devant la tournure que prend la relation avec Pékin.

Le président actuel a mis en place, depuis 2008, une politique de rapprochement vis-à-vis de la Chine communiste, qui a permis de réchauffer très nettement les relations, et de signer de nombreux accords, en particulier au plan économique. Mais une frange de la population s’inquiète de ce mouvement qu’elle juge dangereux pour l’indépendance de l’île. Déjà, le dernier scrutin présidentiel, qui avait finalement vu la réélection de l’actuel chef de l’Etat, avait tourné autour de ce débat. A mesure que l’économie chinoise croît, et que Pékin adopte une posture de plus en plus décomplexée sur la plupart de ses contentieux diplomatiques, l’inquiétude semble augmenter sur l’île à l’égard d’un voisin qui n’a jamais officiellement renoncé à récupérer la souveraineté de Taiwan, y compris en ayant recours à la force.

keywords: