Quarante-neuf Etats membres de l’UA ont signé l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 34.9 kb

Global Times | 2 juillet 2018

Quarante-neuf Etats membres de l’UA ont signé l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine

(Xinhua) Quarante-neuf Etats membres de l’Union africaine (UA) ont signé l’accord visant la création de la zone de libre-échange continentale (ZLEC), a déclaré Paul Kagame, président rwandais et président en exercice de l’institution panafricaine, lundi à Nouakchott lors de la clôture du 31e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA.

A l’issue de ce sommet de deux jours tenu dans la capitale mauritanienne, 49 pays africain ont signé l’accord sur la ZLEC africaine et six d’entres eux ont déposé leur instrument de ratification de l’accord, a confirmé M. Kagame.

Lors du Sommet extraordinaire de l’UA qui a eu lieu à Kigali le 21 mars 2018, 44 Etats membres de l’UA avaient signé l’accord, alors que l’Afrique du Sud, le Burundi, le Lesotho, la Namibie et la Sierra Leone sont les cinq nouveaux pays signataires enregistrés pendant le Sommet de Nouakchott, a-t-on appris auprès de l’UA.

Le Swaziland et le Tchad ont quand à eux déposé leur instrument de ratification de l’accord, rejoignant le Niger, le Kenya, le Ghana et le Rwanda qui l’ont déjà ratifié au cours des derniers mois.

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’UA, a lors de son discours prononcé à l’ouverture du sommet appelé les autres Etats membres à rapidement suivre l’exemple des Etats qui ont signé et ratifié l’accord, afin d’assurer son entrée en vigueur en 2019 et de consolider les succès du sommet historique de Kigali.

Le 31e sommet ordinaire de l’UA, placé sous le thème "Remporter la lutte contre la corruption, une voie durable vers la transformation de l’Afrique", a eu lieu du 1er au 2 juillet à Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Les dirigeants africains se sont penchés sur plusieurs grands sujets régionaux, notamment la réforme institutionnelle de l’institution africaine, les questions de paix, de sécurité et de stabilité et la ZLEC africaine.

source: aNiamey