bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

Mexique


Forte mobilisation paysanne contre l’Alena
Pour Davis Padilla, du Barzon, cette mobilisation massive des paysans est une déclaration de guerre au gouvernement mexicain et aux fractions parlementaires du PRI (ancien régime) et du PAN (parti au pouvoir), qui refusent d’écouter les arguments du monde rural mexicain.
Les impacts de la nouvelle phase de l’ALENA au Mexique : Sans maïs, il n’y a pas de pays...
Le premier janvier 2008, des centaines de paysans et de militants d’organisations sociales du Mexique et des États-unis ont bloqué certains accès frontaliers avec les États-unis, pour rappeler que l’ALENA, ainsi que l’augmentation de l’importation des aliments, constituent une contre révolution sociale et agraire, qui prétend concentrer à nouveau dans une vingtaine de grandes corporations agroalimentaires mexicaines et transnationales les ressources qu’avaient réussi à récupérer les paysans et les indigènes du pays tout au long du 20ième siècle, à partir de la Révolution mexicaine.
Mexique : l’Eglise demande une renégociation du volet agricole de l’Alena
L’Eglise catholique mexicaine a demandé lundi la renégociation du volet agricole de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena), estimant que les petits paysans mexicains risquaient d’être poussés à l’exil vers les Etats-Unis, faute de débouchés pour leurs produits.
L’Alena met la tortilla à plat
Jusqu’au milieu des années 70, le Mexique était autosuffisant en maïs. Après la signature de l’Alena, « les importations ont été multipliées par 15 », affirme Abel Pérez Zamorano, professeur d’économie de l’université de Chapingo, près de Mexico.
Mexique : crise nationale autour de la tortilla
Depuis la signature en 1994 de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le Mexique est devenu plus dépendant du maïs américain subventionné. Ainsi, l’augmentation de la production d’éthanol aux États-Unis a considérablement réduit l’approvisionnement en maïs à des fins de consommation, poussant les prix à la hausse, au Mexique comme à l’échelle internationale.
Méxique-Japon : Signature d’un accord de libre-échange
Le premier ministre japonais Junichiro Koizumi est à Mexico, pour signer un Traité de libre échange entre le Mexique et le Japon. Les négociations ont duré plus d’un an.