bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

États-Unis-Corée

L’accord de libre-échange ÉU-Corée (ou KORUS, comme on l’appelle en Corée) est l’un de ceux qui a suscité le plus de controverse depuis l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), si on pouvait la mesurer en termes de mobilisation sociale. Des millions de gens se sont battus contre cet accord, manifestant dans les rues et voyageant à travers le Pacifique pour tenter de le faire tomber..

Washington et Séoul ont discuté de la possibilité d’un accord de libre-échange pendant plusieurs années, avant qu’il ne se passe quoi que ce soit. On sait aujourd’hui que les États-Unis demandaient au gouvernement coréen de remplir quatre conditions préliminaires avant que ne débutent quelconque pourparlers :

- suspension de la règlementation sur les prix des produits pharmaceutiques pour permettre aux entreprises pharmaceutiques états-uniennes de faire de meilleures affaires sur le marché coréen (remplie en octobre 2005) ;
- allègement de la règlementation sur les émissions de gaz des voitures importées des ÉU pour augmenter le nombre de voitures américaines vendues en Corée (remplie en novembre 2005) ;
- reprise des importations de bœuf américain, qui avaient été arrêtées en 2003 en raison de la maladie de la vache folle aux ÉU (remplie en janvier 2006) ; et
- réduction des « quotas écrans » obligatoires pour les cinémas, de 146 à 73 jours par année pour que davantage de films américains se retrouvent sur les écrans de cinéma (remplie en janvier 2006).

L’administration Roh s’étant finalement pliée à la dernière condition, les deux gouvernements ont annoncé, le 2 février 2006, que les pourparlers commenceraient en mai 2006 et se termineraient en juin 2007.

Les implications de l’accord de libre-échange ÉU-Corée s’étendent bien au-delà des salles de cinéma puisque l’accord ouvrirait tous les secteurs de l’économie coréenne aux entreprises états-uniennes. Les paysans et les travailleurs coréens ont opposé une résistance énergique à l’accord avec l’appui d’acteurs, d’étudiants, de professionnels de la santé, de regroupements de consommateurs, d’organisations environnementales, de vétérinaires, d’avocats et d’autres secteurs. Des alliances se sont également développées avec des opposants à l’accord aux États-Unis, incluant l’AFL-CIO, le plus important syndicat du pays.

Le premier cycle de négociations s’est tenu aux États-Unis du 5 au 9 juin 2006. Dix mois et huit cycles officiels de négociations plus tard (sans parler des nombreuses négociations non officielles sur des accords parallèles), l’entente a été conclue le 2 avril 2007 à Séoul, seulement quelques heures après qu’un chauffeur de taxi coréen se soit immolé pour protester contre la ratification.

Ça ne s’est toutefois pas arrêté là. Deux semaines plus tard, le nouveau président coréen élu Lee Myung-Bak s’est rendu à Washington pour signer l’accord de libre-échange. Alors qu’il était sur place, les deux gouvernements ont signé un autre accord parallèle le 18 avril, dont les États-Unis disaient qu’il était nécessaire pour faire passer l’accord de libre-échange. Ce accord parallèle établissait des règles explicites sur la façon dont la Corée devait ouvrir au maximum son marché aux importations de bœuf américain, malgré les inquiétudes que sucsitait la maladie de la vache folle. L’adoption de ce pacte secret a déclenché ce qui est devenu connu sous le nom de « crise du bœuf » en Corée. Étudiants, mères et consommateurs ont réagi par une série de manifestations à la chandelle et d’autres actions qui ont entrainé, en juin 2008, la résignation de ministres et ont menacé le poste du président.

Après plusieurs autres années d’opposition soutenue, l’ALE ÉU-Corée a finalement été ratifié par les parlements des deux pays et est entré en vigueur en novembre 2011. Toutefois, l’opposition et les inquiétudes entourant l’accord ne se sont pas atténunées depuis qu’il est entré en force, plusieurs craignant les conséquences de son mécanisme de règlement des différends investisseur-État.

dernière mise à jour : mai 2012


Cette nuit en Asie : Trump n’obtient qu’une révision à la marge de l’accord commercial avec la Corée
En plein bras de fer avec Pékin, les Etats-Unis signent une version amendée de leur pacte économique avec Séoul, qui n’a presque rien cédé.
Séoul dévoile les clauses révisées de l’ALE avec les Etats-Unis
La Corée du Sud a dévoilé les clauses révisées de son accord de libre-échange avec les Etats-Unis et recueillera des opinions publiques sur ce dernier avant de le soumettre à l’Assemblée nationale.
Samsung : un fonds américain réclame 770 millions de dollars à Séoul
Le fonds d’investissement américain Elliott Associates a saisi une instance internationale au sujet de la fusion controversée de deux filiales du géant Samsung pour réclamer à la Corée du Sud près de 800 millions de dollars de dommages et intérêts.
Séoul fait des concessions pour sauver son accord commercial avec Washington
Après des semaines de négociation, les deux parties sont parvenues à un accord "de principe" sur une révision de leur traité de libre-échange (FTA) et les taxes sur l’acier, a annoncé le ministre sud-coréen du Commerce Kim Hyon-chong.
Moon voit dans l’ALE Séoul-Washington un partenariat injuste, selon Cheong Wa Dae
Le président estime que l’ALE entre la Corée et les Etats-Unis est déloyal en ce sens que l’ALE précède toutes les autres lois en Corée du Sud, mais aux Etats-Unis, la loi fédérale précède l’ALE.
Séoul se plaint des droits de douane américains pendant le 2e volet des renégociations de l’ALE
Washington souhaite imposer des droits de douane élevés sur les lave-linge et les panneaux solaires, notamment sud-coréens.
Séoul et Washington vont se retrouver pour le 2e volet des renégociations de leur ALE
Séoul et Washington ont tenu leur premier cycle de renégociations à Washington pour réviser leur partenariat de cinq ans, mais les deux parties n’ont pas réussi à réduire les divergences sur des questions clés, comme les pièces automobiles.
ALE Séoul-Washington : la Corée du Sud entend réviser la clause ISD
Le ministre sud-coréen délégué au Commerce extérieur a annoncé son intention de réviser la fameuse clause ISD du traité actuel, le sigle anglais de « Investor-State Dispute ».
Révision de l’ALE Séoul-Washington : les procédures nécessaires vont commencer la semaine prochaine
La Corée du Sud et les Etats-Unis vont bientôt commencer les procédures au lancement officiel des renégociations de l’accord de libre-échange signé entre les deux pays.
Les Etats-Unis seront plus affectés que la Corée du Sud en cas d’abrogation de leur ALE
A en croire l’Institut coréen pour l’économie industrielle et le commerce, ce seraient les entreprises américaines qui devraient payer plus des droits de douane que leurs concurrentes sud-coréennes si l’ALE est annulé.

    Liens


  • AMCHAM Korea
    The American Chamber of Commerce in Korea
  • Ben Muse - KORUS FTA
    A blog with a large number of links and references to the US-Korea FTA talks and analyses about them.
  • KAWAN
    Korean Americans Against War and Neoliberalism
  • Korea Policy Institute
    The US-based Korea Policy Institute produces policy briefs, organizes Congressional press briefings and sponsors policy roundtable on the proposed US-South Korea Free Trade Agreement.
  • Korean Civil Society Coalition against KORUS FTA on Intellectual Property Rigthts
    Korean Civil Society Coalition against KORUS FTA on Intellectual Property Rigthts (KCSC) is deeply worried about the Korea-US FTA negotiations especially on the issue of IPRs such as copyright, patent and trademark and strongly opposes the whole process of Korea-US FTA negotiations.
  • US-Korea FTA Business Council
    The US-Korea FTA Business Coalition is a group of over 100 leading US companies and trade associations that strongly support the conclusion and passage of a free trade agreement between the United States and the Republic of Korea.
  • VoiceofPeople
    The VoiceofPeople is a progressive internet press outfit in Korea covering the FTA struggle.