bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

La société civile indonésienne dit NON à l’accord de libre-échange AELE-Indonésie

JPEG - 282.9 kb
photo: Rainforest Action Network / CC BY-NC 2.0

Uniterre | 12 février 2021

La société civile indonésienne dit NON à l’accord de libre-échange AELE-Indonésie

et exige dans une lettre ouverte au Parlement indonésien un NON à la ratification de l’accord. La société civile locale voit les emplois et les moyens de subsistance de nombreux Indonésiens menacés. Aujourd’hui, 16 ONG indonésiennes se sont prononcées contre le projet d’accord de libre-échange avec les pays de l’AELE.

L’ALE engage l’Indonésie à une protection plus stricte de la propriété intellectuelle, qui va au-delà des règles de l’OMC. Cela concerne en particulier l’accès aux médicaments. L’expérience d’autres accords de libre-échange montre que ce sont principalement les industries pharmaceutiques et agrochimiques qui bénéficient de telles dispositions. En conséquence, les médicaments deviennent plus chers pour la population indonésienne.

La protection plus stricte des variétés de semences (norme UPOV91) rend largement impossible la sélection et l’échange de ses propres semences. Cela représente une menace fondamentale pour l’agriculture paysanne et la sécurité alimentaire, notamment parce que le prix des semences pourrait être multiplié par quatre. Un règlement, soit dit en passant, que même les États de l’AELE ne mettent pas pleinement en œuvre.

L’ALE menace également les moyens de subsistance de 2,7 millions de pêcheurs et pêcheuses, puisque 80 % des exportations de poisson de la Norvège vers l’Indonésie seront exemptées de droits de douane. En 2017, les exportations norvégiennes de produits de la pêche ont déjà atteint une valeur de 250 millions de dollars.

Kartini Samon de l’organisation GRAIN exprime son inquiétude : "Le rythme de la destruction de l’environnement qui menace tant de vies et les moyens de subsistance des gens, juste pour accommoder quelques magnats et multinationales est inquiétant. Les gens sont déplacés, il y a tellement de catastrophes climatiques qui se produisent ici : feux de forêt, inondations, sécheresse. Dans le même temps, les menaces contre les communautés, les militants et les journalistes qui remettent en cause cet état de fait se multiplient. Tout cet accaparement de terres et cette destruction de l’environnement sont légalisés par des lois et règlements et des accords de libre-échange".

Les 16 organisations signataires concluent que l’accord n’apportera pas de bénéfices économiques concrets, mais qu’il fera courir à l’Indonésie le risque de perdre ses richesses naturelles et sa biodiversité. En fait, cet accord porte préjudice à la majorité des Indonésiens, écrivent les organisations dans leur lettre. C’est pourquoi, avec les ONG indonésiennes, nous demandons un NON à l’accord de libre-échange !

Communiqué de presse du comité Stop huile de palme du 12 février 2021

Lettre ouvert pour télécharger


 source: Uniterre