Accord USA-UE sur la viande de bœuf

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 122.9 kb

Euronews | 2 août 2019

Accord USA-UE sur la viande de bœuf

Par Olivier Peguy

Bruxelles et Washington ont signé ce vendredi un accord pour régler définitivement leur litige portant sur les exportations de bœuf américain.

Cet accord prévoit une plus grande ouverture du marché européen à la viande bovine américaine, grâce à un quota plus important pour le bœuf américain "de haute qualité", c’est-à-dire sans hormones.

Le président américain a été le premier à se féliciter de cet accord.

“C’est une immense victoire pour les éleveurs américains et bien sûr pour les consommateurs européens. Notre bœuf est considéré comme le meilleur au monde.
Mon administration défend les agriculteurs et les éleveurs comme jamais auparavant. Nous protégeons leurs intérêts. C’est ce que nous faisons aussi vis-à-vis de la Chine.”

Donald Trump
Président des Etats-Unis

Le locataire de la Maison Blanche s’exprimait d’ailleurs en présence de représentants de fermiers. « Je m’étais engagé à défendre vos intérêts, et j’ai tenu parole », leur a-t-il lancé. Une manière de flatter une partie de cet électorat, conservateur et rural, à un an de l’élection présidentielle américaine.

L’accord de principe avait été annoncé mi-juin. Le texte a été négocié au nom des 28 pays membres par la Commission avec les États-Unis et les principaux fournisseurs étrangers de bœuf.

“Pour nous, il est important de rappeler que le commerce n’est pas seulement une affaire d’argent, mais aussi de valeurs. Il s’agit de veiller à ce que des normes élevées soient appliquées afin de rester dans le cadre d’une concurrence loyale.”

Stavros Lambrinidis
Ambassadeur de l’Union européenne aux Etats-Unis

Ce dossier des exportations de bœuf américain vers l’Europe est un vieux sujet de contentieux de part et d’autre de l’Atlantique.

De nombreux Européens sont frileux à l’idée d’une arrivée de la viande en provenance des États-Unis : les consommateurs, soucieux de la qualité de la viande dans leur assiette, et les éleveurs, inquiets d’un risque de concurrence déloyale. Il n’y a qu’à voir les réactions à l’accord de libre-échange CETA entre l’Europe et le Canada.

Pas sûr donc que, de ce côté de l’Atlantique, cet accord commercial fasse un bœuf...

source: Euronews