bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Commerce : après Pékin, l’UE cherche elle aussi une issue avec Trump

JPEG - 1.5 Mb

Le Figaro | 22 mai 2018

Commerce : après Pékin, l’UE cherche elle aussi une issue avec Trump

(AFP) Les ministres européens du Commerce discuteront mardi à Bruxelles de l’offre de l’UE pour dissuader Donald Trump de lui appliquer des droits de douane punitifs sur l’acier et l’aluminium, au moment où Washington vient de s’entendre avec Pékin.

L’UE est "prête à parler de libéralisation du commerce avec nos amis américains, mais seulement si les États-Unis décident d’une exemption illimitée" de ces taxes douanières, a résumé jeudi à Sofia le président du Conseil européen Donald Tusk, à l’issue d’un sommet européen en partie consacré au sujet.

Quelques heures plus tôt, les chefs d’Etat et de gouvernement des 28 Etats membres s’étaient mis d’accord sur ce qu’ils étaient prêts à mettre sur la table pour amadouer les Etats-Unis. Objectif: échapper aux taxes douanières de 25% sur l’acier et de 10% sur l’aluminium, annoncées en mars par Donald Trump et dont ils ne sont provisoirement exemptés que jusqu’au 1er juin.

Alors même qu’ils jugeaient hors de question de négocier "avec un pistolet sur la tempe", les Européens se disent désormais prêts à discuter, en cas d’exemption définitive, d’un accord commercial "restreint" avec les Etats-Unis et à ouvrir leur marché au gaz naturel américain. "Nos arguments pour la négociation, c’est de donner aux Etats-Unis des incitations pour nous exempter" mais "on n’a pas de raisons d’être optimistes", a estimé lundi une source diplomatique.

Personne à Bruxelles ne se risque d’ailleurs à anticiper la réaction de Donald Trump, à qui reviendra, d’ici le 1er juin, la décision finale sur une éventuelle exemption de l’UE, qui a déjà bénéficié de deux sursis temporaires."Mon impression, c’est qu’il y aura une décision définitive, dans un sens ou dans l’autre", a simplement avancé la commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström dans une interview à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.


 source: Le Figaro