bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Des multinationales défendent le libre-échange États-Unis-Canada

JPEG - 75.4 kb

La Presse | 25 janvier 2017

Des multinationales défendent le libre-échange États-Unis-Canada

Plusieurs grandes multinationales américaines et canadiennes ont appelé mercredi à un renforcement du libre-échange entre le Canada et les États-Unis au moment où le président Donald Trump veut renégocier l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) liant ces pays et le Mexique.

Membres du Conseil des affaires canado-américaines, ces multinationales, comme Coca-Cola, Facebook ou Ford, ont rendu publiques dix recommandations pour une «modernisation de l’ALÉNA et une politique frontalière renouvelée entre le Canada et les États-Unis».

L’ensemble des «suggestions» formulées s’inscrit en faux contre la politique protectionniste prônée par le président Trump, qui veut contrer les délocalisations d’usines, notamment vers le Mexique, en forçant les multinationales implantées aux États-Unis à créer des emplois américains et à acheter localement («Buy American»).

Ce groupement patronal demande notamment que les clauses distinctes concernant l’achat au Canada et aux États-Unis contenues dans l’ALÉNA soient fusionnées en une seule appelée «Achetez Etats-Unis-Canada».

Dans le cas contraire, le Canada devrait être considéré comme un marché «intérieur» pour tous les appels d’offres lancés par le gouvernement américain et ceux des États, comme c’est déjà le cas dans le secteur de la défense, estime l’organisation qui revendique deux millions d’emplois dans les deux pays.

Elle recommande également de renforcer le Conseil de coopération Canada-Etats-Unis en matière de réglementation économique pour une plus grande harmonisation des règles entre les deux pays.

Le conseil prône par ailleurs une reconnaissance mutuelle par les deux pays de leurs standards de production, de test et de certification et l’élimination des tarifs sur tous les produits.

Il recommande aussi que le sempiternel litige du bois de construction entre le Canada et les États-Unis soit «réglé à l’amiable» et sur la base de la libre circulation entre le Canada et les États-Unis, une revendication de longue date du Canada.

Amazon, Mastercard, General Electric, Johnson&Johnson, Air Canada, Bombardier ou la banque TD sont aussi au nombre des 50 grandes entreprises formant le conseil, dont le siège est basé à Washington.

Le Canada et les États-Unis sont parmi les plus grands partenaires commerciaux de la planète, avec des échanges qui ont totalisé près de 500 milliards de dollars américains sur les 11 premiers mois en 2016.


 source: La Presse