bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

L’UE veut que l’Angola "dès que possible" dans l’accord de partenariat économique

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 336.5 kb

Actualités du Portugal | 9 septembre 2020

L’UE veut que l’Angola "dès que possible" dans l’accord de partenariat économique

"Idéalement, nous souhaiterions que le processus d’adhésion à l’APE soit achevé le plus rapidement possible, afin que nous puissions tous bénéficier de ce processus sans interruption, à savoir un accès sans droits tarifaires à notre marché", a déclaré aujourd’hui, à Bruxelles, le député Le président exécutif de l’UE, Valdis Dombrovskis, lors d’une réunion par vidéoconférence avec l’Angola.

Selon le chef du bloc européen, l’UE soutient pleinement la demande d’adhésion de l’Angola à l’APE, affirmant que son intégration, parmi les six pays africains qui ont déjà adhéré, «renforcerait notre partenariat et favoriserait également l’intégration régionale. ».

L’Afrique du Sud, le Botswana, le Lesotho, la Namibie, le Mozambique et Essuatini sont les pays de la SADC qui font partie du groupe EPA.

Valdis Dombrovskis, qui s’exprimait à l’ouverture de la 5ème réunion ministérielle Angola-Union européenne, par visioconférence entre Luanda et Bruxelles, dans le cadre de la voie conjointe, a déclaré qu’il attendait le processus par décision du conseil conjoint APE-UE-SADC.

Le vice-président exécutif de l’UE a déclaré que la partie européenne a déjà signé l’adhésion et «n’attend que la signature du groupe de coordination du groupe APE / SADC, le ministre du Botswana, pour autant que nous sachions qu’il n’a pas encore signé la décision car il attend le feu vert de trois des six pays du groupe ».

"Nous n’avons aucune raison de croire que la signature n’aura pas lieu dans quelques semaines, mais il est utile que vous puissiez contacter votre homologue de la région de l’Afrique australe et vous rappeler l’importance et l’urgence de ce processus", a-t-il exhorté les autorités angolaises.

Le commissaire européen au commerce a également rappelé que le processus d’adhésion «prend du temps, peut prendre jusqu’à trois ans», en raison d’une série d’étapes procédurales ultérieures, y compris les aspects juridiques et la traduction de l’accord dans les langues officielles du bloc.

"Des réunions techniques sont prévues ce mois-ci pour discuter du calendrier et du contenu des négociations, puis nous pourrons avoir un premier cycle conjoint SADC / UE en octobre", a-t-il déclaré.

Ce cycle de négociations, a-t-il noté, "devra se fonder sur une proposition d’accès au marché d’exportation de l’Union européenne en Angola".

"Je suis convaincu que, bientôt, nous serons en mesure de démarrer ce processus qui mènera à l’adhésion de l’Angola à l’Accord APE et en fait, nous ferons tout notre possible pour que le processus se déroule aussi bien que possible", a-t-il conclu.

La réunion ministérielle examine également la nécessité d’approfondir les relations de coopération entre l’Angola et l’Union européenne dans des domaines d’intérêt commun, y compris le développement d’un «partenariat solide» dans les domaines du commerce et de l’investissement.

La délégation ministérielle, à Luanda, est présidée par le ministre angolais des Affaires étrangères, Téte António, tandis que l’UE est présidée par son haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune, Josep Borrel.

Le programme «Joint Path» Angola-Union européenne a été signé en juillet 2012, à Bruxelles, dans le but de renforcer le dialogue et la coopération entre les parties.


 source: Actualités du Portugal