bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

L’Union suisse des paysans: La durabilité réduite à l’absurdité

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 184.5 kb
Photo: World Bank/CC BY-NC-ND 2.0

Uniterre | 26 janvier 2021

L’Union suisse des paysans: La durabilité réduite à l’absurdité

En décidant le 25 janvier 2021 de soutenir l’accord de libre-échange avec l’Indonésie, l’Union suisse des paysans (USP) compromet la sécurité alimentaire dans un contexte où la durabilité n’est pas garantie !

L’ALE avec l’Indonésie met en vitrine une prétendue durabilité, mais ce n’est qu’une escroquerie à large échelle : la déforestation et la culture sur brûlis, le pillage des ressources minières, la destruction de la biodiversité, le déplacement des communautés indigènes et agricoles, l’utilisation de pesticides toxiques, l’exploitation et le travail des enfants restent la règle. Les vagues clauses de durabilité ne peuvent pas être défendues devant une cour d’arbitrage internationale. En plus, il n’existe pas de mesures de contrôle ni de sanctions efficaces.

Les normes suisses n’ont rien en commun avec les normes indonésiennes. Les demandes et les exigences en matière de bien-être animal, de protection de la biodiversité, des sols et de l’eau pour l’agriculture domestique sont croissantes. L’huile de palme bon marché compromet, en Suisse et en Indonésie, la durabilité économique, sociale et écologique de l’agriculture paysanne.

La pression sur la production suisse d’oléagineux va augmenter et compromettre la répartition nécessaire et urgente de la valeur ajoutée entre les acteurs des filières. Avec 1 CHF/kg, l’huile de palme est de loin l’huile végétale la moins chère et la plus produite sur le marché mondial. Le prix de l’huile de colza et de tournesol domestique est de 2,60 CHF/kg. Sur le prix de l’huile de palme s’ajoutent 1,28 CHF/kg de droits de douane, ainsi que 0,14 Fr. de fonds de garantie. Avec la réduction tarifaire moyenne de 35% prévue par l’accord de libre-échange (ALE), cela se traduit par une réduction de 0,40 CHF/kg sur le prix de 2,42 CHF/kg. En d’autres termes, avec un prix de 2,02 CHF/kg, l’huile de palme est considérablement moins chère. Cela aura un impact négatif sur des milliers d’agriculteurs et agricultrices. La réduction tarifaire de 35% concerne 12 500 tonnes d’huile de palme, ce qui représente près de la moitié de toutes les importations d’huile de palme en Suisse. De plus, ce cadeau tarifaire est une incitation certaine à la surexploitation en Indonésie et à la maximisation des marges de l’industrie alimentaire.

Des normes de durabilité fortes, contraignantes et gouvernementales sont nécessaires pour garantir une concurrence loyale et des systèmes alimentaires durables. La combinaison des normes de durabilité avec des réductions tarifaires massives conduit à la fausse conclusion que la durabilité ne coûte rien et crée un précédent dangereux pour tous les futurs accords de libre-échange en augmentant les volumes d’importation et les réductions tarifaires. Rudi Berli, secrétaire du syndicat paysan Uniterre, critique : "En liant libre-échange et durabilité, l’association suisse des paysans fait un marchandage malhonnête avec Economiesuisse et le SECO. L’USP contrevient gravement à sa propre initiative sur la sécurité alimentaire en ne prenant pas la durabilité au sérieux ".

Au lieu de promouvoir l’approvisionnement durable en denrées alimentaires régionales, nationales et européennes, de renforcer la souveraineté alimentaire et l’agriculture rurale, le commerce mondial est stimulé, ce qui a de graves conséquences pour les populations, le climat et l’environnement.

Communiqué de presse du 26 janvier 2021


 source: Uniterre