La Corée du Sud et la Grande-Bretagne ont conclu un ALE post-Brexit

PNG - 104.7 kb

Yonhap 10.06.2019

La Corée du Sud et la Grande-Bretagne ont conclu un ALE post-Brexit

SEOUL, 10 juin (Yonhap) — La Corée du Sud et la Grande-Bretagne ont annoncé ce lundi avoir conclu un accord pour maintenir leur accord de libre-échange (ALE) même après l’éventuel Brexit «sans accord».

Cette décision a été prise dans un contexte d’inquiétudes selon lesquelles les entreprises sud-coréennes ne pourraient plus profiter de l’ALE entre la Corée du Sud et l’Union européenne (UE) si la Grande-Bretagne quitte le plus grand bloc économique mondial sans se mettre d’accord sur les conditions post-Brexit.

Londres a établi le 31 octobre comme nouvelle date limite pour le Brexit afin de trouver les meilleures solutions possibles, ce qui signifie que le nouvel accord devra être ratifié avant cette date pour qu’il entre en vigueur en novembre, a déclaré le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie.

L’accord a été conclu lors d’une rencontre entre la ministre chargée des négociations commerciales, Yoo Myung-hee, et son homologue britannique Liam Fox à Séoul.

«L’accord est significatif, comme il a apaisé les incertitudes provoquées par le Brexit alors que la situation est déjà difficile pour les exportations du fait des conflits commerciaux accrus entre Washington et Pékin», a indiqué Yoo. «Nous ferons de notre mieux pour aider les hommes d’affaires sud-coréens à maintenir leurs activités avec la Grande-Bretagne sans problème».

La Grande-Bretagne, le deuxième plus grand partenaire commercial de Séoul parmi les membres de l’UE, est le 18e plus grand partenaire commercial de la quatrième économie d’Asie, représentant moins de 2% du total de ses échanges commerciaux.

Les exportations sud-coréennes vers la Grande-Bretagne ont atteint 6,36 milliards de dollars en 2018. La Corée du Sud exporte principalement des véhicules et navires vers le Grande-Bretagne, alors qu’elle importe du pétrole brut et des voitures également.

L’accord se focalise sur le maintien du niveau des conditions en conformité avec celui de l’ALE entre Séoul et l’UE.

Séoul cherchera à mettre à jour cet accord deux ans après son entrée en vigueur, selon le ministère. Les deux pays ont promis également de renforcer la coopération dans les domaines industriels émergents, comme les énergies du futur et les technologies liées à l’intelligence artificielle, selon le ministère.

mjp@yna.co.kr

keywords:
source: Yonhap