bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Le Mercosur veut sceller l’accord avec l’UE malgré la résistance de Paris

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 182.8 kb

L’Usine Nouvelle | 2 juillet 2020

Le Mercosur veut sceller l’accord avec l’UE malgré la résistance de Paris

ASUNCIÓN (Reuters) - Les représentants des pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) ont fait état mercredi d’avancées sur le texte définitif de l’accord commercial avec l’Union européenne, un an après être convenus avec Bruxelles d’un projet d’accord, et malgré l’opposition affichée par la France.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé en août dernier qu’il s’opposait au projet de traité de libre-échange entre l’UE et le Mercosur en reprochant à son homologue brésilien, Jair Bolsonaro, de lui avoir "menti" sur ses engagements écologiques. Il a répété lundi qu’il s’opposait à la signature de tout accord avec les pays ne respectant pas l’Accord de Paris sur le climat.

Un sommet virtuel doit réunir jeudi les dirigeants du Mercosur pour évoquer la crise sanitaire liée au coronavirus, les accords commerciaux bilatéraux avec le Canada et la Corée du Sud notamment, mais surtout la conclusion de l’accord commercial avec l’Union.

Le ministre brésilien des Affaires étrangères a dit mercredi à ses pairs du Mercosur que les vérifications légales d’un document régissant l’accord avec l’UE étaient presque achevées du fait de la "coopération et flexibilité" pour surmonter les divergences.

"J’espère que nos coordinateurs pourront parachever le texte et les annexes avec les négociateurs européens après la fin de l’été dans l’hémisphère nord" pour que le document soit ainsi ensuite prêt pour signature, a déclaré Ernesto Araujo.

Si Jair Bolsonaro a fait marche arrière sur sa menace de retirer le Brésil de l’Accord de Paris sur le climat, des groupes européens de défense de l’environnement pressent quand même le bloc communautaire de ne pas ratifier de traité commercial avec le Mercosur, mettant en avant l’incapacité du gouvernement brésilien à protéger l’Amazonie.


 source: L’Usine Nouvelle