Le nouvel ALENA retardé tant que Washington conserve ses taxes sur l’acier

JPEG - 41.2 kb

Journal du Québec | 27 février 2019

Le nouvel ALENA retardé tant que Washington conserve ses taxes sur l’acier

(AFP) -

Le gouvernement canadien a averti Washington qu’il pourrait tarder à entériner le nouvel accord de libre-échange nord-américain tant que les États-Unis maintiendront leurs tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium, a indiqué aujourd’hui une source gouvernementale canadienne.

«On dit [aux Américains] que les tarifs en place sur l’acier et l’aluminium nous rendent la vie difficile et que ce sera plus difficile de ratifier l’accord car les députés, les sénateurs, la population canadienne vont nous demander pourquoi on va de l’avant tant qu’ils sont maintenus», a déclaré à l’AFP un haut responsable, sous couvert de l’anonymat.

«Cet enjeu a été soulevé avec [le vice-président américain] Mike Pence» par la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, lundi à Bogota, lors d’une réunion internationale sur la crise au Venezuela, a ajouté cette source.

Avec les élections législatives prévues cet automne au Canada et les délais des travaux parlementaires, les élus canadiens ont jusqu’au 6 juin au plus tard pour entériner cet accord annoncé le 30 septembre dernier et baptisé officiellement AEUMC, a relevé le haut responsable canadien.

La ministre Freeland a récemment fait part à plusieurs responsables américains – le représentant au Commerce Robert Lighthizer, le président du Comité sénatorial des Finances Chuck Grassley et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosides – des préoccupations du Canada à ce sujet, a poursuivi la même source.

De manière générale, «nous ne voyons plus de raisons de maintenir ces tarifs, maintenant qu’un nouvel ALENA a été conclu», a résumé ce responsable canadien.

Sous l’impulsion du président Donald Trump, Washington impose depuis le 1er juin des taxes de 10 % sur l’aluminium canadien et de 25 % sur l’acier canadien, dans un geste inédit contre son voisin et premier partenaire commercial. Ottawa a répliqué début juillet avec des mesures réciproques.

L’AEUMC, conclu entre les États-Unis, le Canada et le Mexique après un marathon de négociations ayant duré plus d’un an, doit encore être approuvé par le Congrès américain.

keywords: