bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Les députés adoptent le nouvel accord commercial nord-américain

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 257.3 kb

TVA Nouvelles | 13 mars 2020

Les députés adoptent le nouvel accord commercial nord-américain

par AFP

La chambre basse du Parlement d’Ottawa a approuvé vendredi le nouvel accord commercial liant États-Unis, Mexique et Canada (AEUMC), juste avant de suspendre ses travaux jusqu’au 20 avril en raison de la pandémie de coronavirus.

Le Sénat canadien devait également approuver vendredi ce traité trilatéral, a déclaré Pablo Rodriguez, chef de file du parti libéral aux Communes. Le Canada est le dernier signataire du traité à ne pas l’avoir encore ratifié.

L’accord sera ratifié par Ottawa une fois signé par la gouverneure générale Julie Payette, représentante de la reine Elizabeth II, chef d’État en titre du Canada.

Le nouveau traité commercial avait été ratifié par le Mexique le 10 décembre et promulgué par le président américain Donald Trump le 29 janvier.

L’AEUMC (appelé ACEUM au Canada), qui lie près de 500 millions de personnes, est une version modernisée du traité de libre-échange nord-américain (Aléna), conclu en 1994 et longtemps décrié par l’hôte actuel de la Maison Blanche.

Donald Trump avait imposé la renégociation de l’Aléna à ses partenaires en août 2017, au motif qu’il s’agissait du «pire accord commercial de l’histoire» des États-Unis.

Il le rendait responsable de la destruction de nombreux emplois américains du secteur automobile en raison de délocalisations massives au Mexique, où la main-d’oeuvre est moins chère.

À l’issue d’un marathon de tractations, l’AEUMC avait été signé par les trois pays concernés, dans sa version initiale, fin novembre 2018, en marge du G20 à Buenos Aires.

Mais les démocrates américains, majoritaires à la Chambre des représentants, avaient retoqué le texte, exigeant des amendements pour obtenir de Mexico des garanties sur sa réforme sociale sur l’emploi. La Chambre des représentants avait finalement consenti à donner son aval le 19 décembre 2019.

L’Aléna a certes détruit des emplois aux États-Unis mais il a aussi créé une vaste zone de commerce sans droits de douane, facilitant les échanges de biens, services et personnes

Les études ont montré que dans l’ensemble, il a non seulement largement contribué à la croissance économique mais aussi à la hausse du niveau de vie de la population des trois pays membres.

Les milieux d’affaires des trois pays ont d’ailleurs maintes fois exhorté les décideurs à valider rapidement cet accord, crucial sur le plan économique.


 source: TVA Nouvelles