bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Renégociation de l’ALENA : voici pourquoi il faut absolument maintenir l’exemption culturelle

JPEG - 180.1 KB

RCI | 31 août 2018

Renégociation de l’ALENA : voici pourquoi il faut absolument maintenir l’exemption culturelle

Par Alice Chantal Tchandem Kamgang

(RCI avec la Coalition pour la diversité des expressions culturelles) La Coalition pour la diversité des expressions culturelles souligne la nécessité de préserver la souveraineté culturelle du Canada dans cette phase cruciale de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). C’est une question de droit pour le Canada qui doit protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles sur son territoire. Un droit reconnu en 2005 dans la convention pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l’UNESCO, dont le Canada a été l’un des premiers signataires.

Des effets catastrophiques en cas d’abandon

La Coalition pour la diversité des expressions culturelles met en garde contre les conséquences possibles du retrait de l’exemption culturelle dans un contexte où les distributions numériques de contenus ont fortement bouleversé le milieu culturel partout dans le monde.

Le développement culturel du Canada pourrait être désavantagé, faute de soutien aux artistes, créateurs, producteurs, éditeurs et autres diffuseurs. Un ALENA dépouillé de l’exemption culturelle retirerait au gouvernement du Canada son pouvoir d’adopter des politiques et des programmes permettant d’appuyer le développement culturel du pays.

C’est toute la diversité culturelle du Canada qui est concernée, car le soutien public a permis jusqu’à présent aux divers intervenants du secteur de mettre à la disposition du public des contenus riches et diversifiés qui font la spécificité du Canada.

Un bien économique et identitaire pour le Canada

Dans un contexte nord-américain dominé par des productions américaines, le Canada a tout intérêt à appuyer ce secteur s’il vaut assurer sa survie.

Étant donné l’importance de l’industrie culturelle dans son économie et la pluralité de ses contenus, le Canada devrait résister, car il y va aussi de son rayonnement à l’international.

Les biens et services culturels emploient plus de 650 000 personnes et ont généré 53,8 milliards de dollars dans le PIB en 2016

La réforme actuelle des lois sur le droit d’auteur, la radiodiffusion et les télécommunications devrait servir de levier pour l’implication de l’État dans la dynamisation de la création et de la diffusion d’une programmation culturelle canadienne.


 Fuente: RCI