UA: 44 pays signent un accord pour une Zone de libre-échange continental

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 54.6 kb

RFI | 21 mars 2018

UA: 44 pays signent un accord pour une Zone de libre-échange continental

Quarante-quatre pays africains ont signé ce mercredi matin dans la capitale rwandaise, Kigali, l’accord établissant la Zone de libre-échange continentale. 40 chefs d’Etat ont lancé l’un de projets les plus ambitieux de l’agenda 2063 de l’Afrique, celui qui vise à créer un marché commun d’1,2 milliard d’habitants. Un projet en négociation depuis 2015 et qui ne fait pas encore l’unanimité puisque certains poids lourds comme le Nigeria ont besoin de consultations approfondies. Mais cette signature va indéniablement créer une dynamique.

C’est l’aboutissement de deux années de travail sous l’égide du Nigérien Mahamadou Issoufou. La Zlec vise à créer un marché commun sans barrières tarifaires ou autres, pour les biens et les services. Ce qui ferait à terme de l’Afrique la plus grande zone de libre-échange au monde.

Mais on peut dire que le plus dur ne fait que commencer. Les signataires doivent désormais faire ratifier l’accord par leurs Parlements nationaux. Pour qu’il entre en vigueur, il faudra au moins 22 ratifications. L’idée étant d’arriver à une ouverture effective en janvier 2019.

D’ici là il faudra aussi convaincre les réticents dont le Nigeria. La décision dimanche 18 mars du président Buhari de ne pas signer la Zlec avait jeté un froid et fait craindre un effet boule de neige. Les pays ont encore du chemin à faire pour à la fois adapter leurs législations, trouver des solutions pour pallier la baisse des recettes douanières qui représentent souvent une part conséquente des recettes publiques et pour convaincre les syndicats et les entreprises que le libre-échange ne se traduira pas par des destructions d’activité.

Quid aussi des rapports entre les grandes zones comme l’Union européenne qui ont déjà des accords avec certains membres de l’UA comme le Maroc. Certains redoutent que le loup entre dans la bergerie. Beaucoup de question restent en suspens et beaucoup de travail est encore à accomplir, mais incontestablement, les dirigeants africains veulent envoyer au monde l’image de leur volontarisme.

keywords:
source: RFI