ALE Maroc-USA: Un premier investissement à Marrakech

9/11/2006

ALE Maroc-USA: Un premier investissement à Marrakech

· Une chaîne d’hôtels prévue à travers tout le Maroc

· Jumelage avec Scottsdale en Arizona

Quelques mois à peine après le lancement des accords de libre-échange conclus entre le Maroc et les USA, un premier investissement d’envergure s’annonce à Marrakech. Il s’agit de la construction d’un hôtel composé de 52 suites classé en 4* pour un montant de 80 millions de DH. Suivront 7 autres établissements qui seront réalisés d’ici trois ans. Le promoteur est Chris Rivadalla, un Américain originaire de l’Etat de l’Arizona et plus particulièrement de la ville de Scottsdale, destination touristique de luxe. L’investissement est de taille et justifie pleinement le déplacement de l’ambassadeur des USA au Maroc, Thomas Riley, et toute une délégation de la ville américaine pour l’inauguration de ce premier établissement de la chaîne, sis sur la route de Casablanca (à proximité de chez Ali). Techniquement, cet l’hôtel a ouvert ses portes à titre de test, il y a un mois avec un effectif de 90 personnes. Effectif qui ira en crescendo. En effet, dans la foulée, l’établissement met en place un restaurant cubain. «C’est un exemple parfait de ce que peut créer un investissement américain», souligne Riley. Octogone est le nom de la chaîne créée par Rivadalla. Son nom commercial est Terre Resort & Spa.
Ce genre de produit est à la mode à Marrakech. Toutes les grandes enseignes s’y mettent à l’instar de la chaîne française, Accor, qui a lancé la construction d’un même type d’hôtel et dont l’ouverture est prévue en 2007.

En attendant, l’hôtel américain sera le premier sur cette niche et devrait ainsi contribuer à une reprise sur le marché américain, en baisse depuis les évènements du 11 septembre. A noter que le nombre de visiteurs américains en 2006 a à peine dépassé les 70.000 touristes dont plus de 12.000 arrivées à Marrakech sur les 8 premiers mois. Des palaces, comme la Mamounia, ont connu pourtant des années très fastes avec les touristes américains.

Souvent, c’est la méconnaissance du produit et aussi les méfaits des guerres (Irak), le terrorisme... qui entravent la reprise de ce marché touristique, d’autant plus que les Américains ne voyagent pas beaucoup en dehors de leur pays.

S’adressant aux élus de Scottsdale, Omar El Jazouli, maire de Marrakech a insisté longuement sur ces amalgames qui nuisent à Marrakech: «Et pourtant, nous sommes bien loin de tout conflit et sommes certainement une des villes les plus sûres du monde», conclut-il.

Coopération

La ville de Scottsdale de l’Etat de l’Arizona s’intéresse à Marrakech d’une manière plus globale. Elle vient de conclure un accord de partenariat avec le conseil de la ville de Marrakech. Une coopération qui pourrait aboutir à un jumelage entre les deux villes qui auraient, selon l’ambassadeur américain, Thomas Riley, des similitudes tant sur le plan géographique qu’au niveau touristique. Ce jumelage sera soutenu par la «Sister Cities international», qui est une organisation à but non lucratif ayant pour objectif le renforcement des partenariats entre villes américaines et communautés internationales dans les domaines économiques ou académiques.

Badra BERRISSOULE

keywords:
source: L’Economiste