ALENA: le secrétaire américain au Commerce précise son plan

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 22.8 kb

La Presse | 8 mars 2017

ALENA: le secrétaire américain au Commerce précise son plan

par ALEXANDER PANETTA

Les discussions entourant la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) devraient commencer plus tard cette année, s’échelonner sur environ 12 mois, et le processus devrait se traduire par d’importants changements, dont l’ajout de plusieurs nouveaux volets à l’accord commercial.

C’est le scénario préconisé par le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross.

Celui-ci a livré le fond de sa pensée entourant les renégociations de cet accord de libre-échange conclu avec le Canada et le Mexique et en vigueur depuis le 1er janvier 1994.

M. Ross a affirmé à Bloomberg que le Canada et le Mexique savent qu’ils devront faire des concessions.

«Les Mexicains le savent, les Canadiens le savent, tout le monde le sait; les choses ont changé. Nous allons avoir de nouvelles relations commerciales», a lancé M. Ross.

«Ils savent qu’ils devront faire des concessions. La question est de savoir quelle ampleur et quelle forme elles devront prendre», a résumé M. Ross.

Il a salué la fermeté du président Donald Trump, qui, à son avis, a contribué à faire en sorte que les deux pays soient prêts à le faire.

«Il a facilité mon travail en assouplissant la position des autres pays. Qu’y a-t-il de mieux que de vous rendre à une négociation commerciale en sachant que l’autre partie sait qu’elle devra faire des concessions?», a commenté M. Ross.

Après plusieurs semaines d’incertitude, il a semblé confirmer que les discussions ne devraient pas débuter prochainement.

Le secrétaire au Commerce dit qu’il compte se tourner vers le Congrès, qui aura 90 jours pour évaluer la situation. Selon M. Ross, les «vraies négociations» ne devraient débuter qu’à la fin de l’année.

«Je crois que les négociations, espérons-le, ne dureront pas plus d’un an», a-t-il opiné.

Celui-ci se dit ouvert à la possibilité qu’il y ait une entente entre les trois parties ou deux ententes bilatérales.

En plus de changements substantiels, M. Ross compte ajouter de nouveaux volets à l’ALENA, notamment en ce qui a trait à l’économie numérique.

«C’est une vieille entente. Et notre économie est fort différente de ce qu’elle était lorsque l’entente originale a été conclue. Il y a certains aspects qui étaient absents, alors que d’autres n’ont tout simplement pas été correctement abordés au départ. Et il y a également d’autres aspects qui étaient peut-être acceptables à l’époque, mais qui ne le sont plus maintenant. Donc, il y a beaucoup de choses à corriger. Plusieurs chapitres devront être ajoutés, comme celui de l’économie numérique et d’autres qui se sont ajoutés depuis», a précisé M. Ross.

keywords:
source: La Presse