Caracal : Airbus Helicopters exige de la Pologne une réparation financière

JPEG - 51.4 kb

La Tribune | 3 janvier 2018

Caracal : Airbus Helicopters exige de la Pologne une réparation financière

Par Michel CABIROL

Selon le quotidien polonais Dziennik Gazeta Prawna, Airbus Helicopters a envoyé un courrier avant Noël pour informer le gouvernement polonais d’une demande d’arbitrage international concernant la rupture des négociations exclusives entre le constructeur européen et Varsovie.

Tom Enders l’avait promis. Le patron d’Airbus a tenu parole plus d’un an après. Selon le quotidien polonais Dziennik Gazeta Prawna (DGP), Airbus Helicopters a envoyé un courrier avant Noël pour informer le gouvernement polonais d’une demande d’arbitrage international concernant la rupture des négociations exclusives entre le constructeur européen et Varsovie. Ces informations ont été confirmées à La Tribune. Un courrier a été envoyé au Premier ministre polonais ainsi qu’aux ministères de la Défense et du Développement. La Pologne avait rompu les négociations qui portaient sur l’achat de 50 hélicoptères multirôle Caracal, un contrat évalué à 3,14 milliards d’euros.

"Nous n’avons jamais été traités comme ça par un gouvernement client comme nous l’avons été par ce gouvernement", avait expliqué Tom Enders en octobre 2016 dans une déclaration obtenue par l’AFP. "Nous allons demander réparation", a-t-il ajouté en indiquant avoir "l’impression d’avoir été menés en bateau pendant des mois par l’actuel gouvernement polonais."

Des négociations avaient été lancées cet été en vue de régler le différend à l’amiable entre Airbus Helicopters et Varsovie. Mais, les deux parties ont échoué à trouver un compromis. C’est pour cela que le constructeur européen s’est tourné vers un arbitrage international. DGP cite l’Institut arbitrage de la Chambre de Commerce de Stockholm (Suède) mais aussi la Suisse. Une initiative qui intervient en parallèle à un appel d’offres portant sur la livraison de huit hélicoptères pour les Forces spéciales polonaises, auquel le constructeur du Caracal concourt. Cette initiative pourrait finalement les négociations en vue de régler le différend à l’amiable.

Deux interviews alimentent l’accusation

Selon DGP, Airbus Helicopters accuse le gouvernement polonais d’avoir mené des négociations sans avoir vraiment la volonté de les conclure par la signature d’un contrat. Le constructeur, qui avait dépensé des millions dans cette campagne commerciale lancée en 2012, demanderait notamment le remboursement des coûts engagés, a estimé DGP. Très clairement, les conservateurs du PiS n’ont jamais voulu du Caracal fabriqué par Airbus Helicopters. Cet hélicoptère aurait été assemblé en dehors des circonscriptions du... PiS si le constructeur européen avait finalisé les négociations.

Pour justifier cette accusation, Airbus Helicopters aurait mis en avant, selon DGP, deux deux articles publiés par le quotidien polonais. C’est d’abord une interview accordée par Antoni Macierewicz avant qu’il ne devienne ministre de la Défense, dans laquelle il déclare qu’il est contre cet accord. Dans une autre interview, Waclaw Berczysnki, proche collaborateur du ministre de la défense, Antoni Macierewicz et ancien salarié de Boeing aux États-Unis, a révélé qu’il avait "tué les Caracal".

Le précédent gouvernement issu des rangs de la Plate-forme civique (PO) avait csélectionné le Caracal à l’initiative de l’ancien ministre de la Défense, Tomasz Siemoniak, qui avait paraphé l’accord. Il devait entrer en vigueur une fois l’accord sur les transferts de technologies signé. Ce qui n’a jamais été le cas...

source: La Tribune