Demandons la peine de mort contre l’APE !

JPEG - 41.6 kb

Coalition Nationale "Non aux APE" | 21 novembre 2016

Déshabiller le peuple sénégalais pour subventionner les entreprises européennes
Préparons-nous à refuser toute augmentation ou réduction contre le peuple
Demandons la peine de mort contre l’APE !

Communiqué

La Coalition Nationale non aux APE exprime ses vives inquiétudes face à la recrudescence des meurtres, des viols, des vols…dans tout le Sénégal. Alors que l’APE n’est pas encore appliqué. C’est pourquoi en date du 8 novembre 2016 une lettre, enregistrée sous le numéro 20 899, avait été adressée au ministre de l’intérieur où la Coalition disait notamment : «L’APE (…) va faire perdre au Sénégal au moins 75 et 240 milliards de francs Cfa par an au budget de l’Etat (…). Monsieur le ministre, le budget alloué au ministère qui vous est confié ainsi que ceux de vos collègues vont connaître une baisse d’autant. Cela va affaiblir les capacités de l’Etat à faire face aux difficultés auxquelles les populations sont confrontées dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture, de l’emploi…Mais également dans le domaine de la sécurité. (…) Monsieur le ministre comment l’Etat pourra t-il régler les problèmes que les policiers rencontrent en terme de salaire bas, d’effectifs faibles, de moyens dérisoires, etc. pour assurer la sécurité des citoyens ? Vous avez déjà, sans l’APE, toutes les difficultés du monde à faire face au petit comme au grand banditisme. Comment ferons-nous face au terrorisme ? L’APE Monsieur le ministre va entrainer la fermeture des Pme et Pmi et des filières agricoles dont les productions sont identiques ou similaires aux 75% des marchandises de l’Union Européenne qui ne paieront plus de droit de douane. La politique que constitue l’APE va entrainer une accentuation du sous-développement, une augmentation du chômage, un renforcement de la pauvreté…véritables criminels dont l’action fera exploser, pour vous, vos agents et la société entière, le nombre de nos concitoyens présentés comme des hors la loi et qui ne sont en réalité que les victimes nécessaires d’une politique de la misère. C’est pour nous éviter cela que nous disons NON à l’APE. ». Il est encore temps pour le président de la république et son gouvernement de dire non à l’APE. Devant les réactions de beaucoup de nos concitoyens, sous le coup d’une légitime émotion, qui demandent le retour de la peine de mort au Sénégal, la Coalition dit : la peine de mort doit être appliquée ! Mais à l’APE, au franc CFA, aux diktats du FMI et de la Banque Mondiale…

Le débat en cours sur la gestion du pétrole interpelle la Coalition. Tout en soutenant le principe de la gestion démocratique de toutes les ressources du pays et pour ce faire de réaliser le contrôle populaire sur celles-ci, la Coalition estime cependant que la gestion démocratique des ressources pétrolières ne préserve pas le Sénégal de la maladie hollandaise dont il n’a pas encore été question dans le débat. Les rentrées de devises que l’exploitation pétrolière va engendrer combinées au taux de change fixe de la monnaie coloniale qu’est le franc CFA vont avec l’APE constituer un cocktail mortifère pour le Sénégal qui sera extrêmement dépendant des ressources naturelles avec une agriculture et une industrie détruites. C’est pourquoi la Coalition nationale non aux APE avait appelé à une marche, sabotée par le gouvernement, contre les APE et le franc CFA le 22 octobre dernier lors de la venue de Manuel Valls premier ministre de France. Le Sénégal doit sortir du franc CFA et dire non à l’APE entre l’Union Européenne (UE) et l’Afrique de l’Ouest.

Le Sénégal doit aussi atteindre la souveraineté alimentaire. C’est pourquoi, malgré les pénuries de riz et autres difficultés, nous devons nous mobiliser pour réduire la facture rizière afin que les 200 milliards de celle-ci aillent aux paysans sénégalais. Nous devons produire ce que nous consommons et consommer ce que nous produisons. Mais il n’y a pas que le riz, il y a les autres céréales locales, le lait…Barrons la route aux APE qui justement vont donner nos milliards, nos emplois, nos vies à l’UE et affamer nos éleveurs, nos agriculteurs, tuer nos Pme et Pmi en nous imposant le blé, la poudre de lait…de l’UE.

La Coalition Nationale non aux APE, devant l’entêtement du président du Sénégal à subventionner tous les ans à hauteur de 75 puis 240 milliards de francs CFA au moins les entreprises de l’Union Européenne (UE) au détriment des paysans, des enseignants, des jeunes, des femmes, des zones rurales, déclare qu’elle se battra et mobilisera les citoyens contre toute augmentation de taxes et d’impôts qui sera supportée par le peuple sénégalais (particulièrement les masses populaires) et contre toute mesure de baisse de subventions ou d’avantages dont bénéficient les couches populaires et les travailleurs que pourraient prendre l’Etat central ou les collectivités locales. C’est pourquoi la Coalition s’oppose au paiement de 10.000FCFA pour l’obtention de la carte nationale d’identité et du droit de vote et appelle les citoyens à être vigilants pour faire barrage à toutes les augmentations ou réductions qui ne seraient que des artifices dont l’objectif sera de déshabiller le peuple sénégalais pour habiller les entreprises de l’UE.

La Coalition Nationale non aux APE soutient les citoyens de Tambacounda et de Koungheul qui s’élèvent contre la politique d’apartheid économique et social dont les populations des zones rurales en général sont victimes du fait de la faiblesse des ressources de l’Etat que l’APE va aggraver par les pertes de recettes budgétaires et la mise à mort certaine des exploitations agricoles familiales. La Coalition s’impliquera pour que les manifestations de protestation dans ces localités soient des moments forts d’expression des populations et de sensibilisation contre l’APE.

La Coalition se réjouit, après les conférences de Tivaouane, de Kaolack, de Tambacounda, de la tenue du Forum de Wakhinane Nimzatt le samedi 12 novembre 2016 sur l’APE. Ce forum qui est la première activité publique organisée dans le département de Guèdiawaye sur l’APE matérialise l’adhésion de la section locale du Forum Civil à la lutte contre l’APE.

La Coalition se félicite de ses rencontres avec Monsieur Malick Gackou, président du Grand Parti et coordonnateur du Front de défense du Sénégal/Manko Wattu Senegal, avec le Pôle Alternatif des Forces de l’Espoir. Ces rencontres ont révélé des convergences de vue sur la nécessité du rejet de l’APE et par conséquent du renforcement de la lutte contre celui-ci. La Coalition poursuivra ses contacts et reste ouverte à des échanges et actions sur l’APE.

La Coalition félicite ses représentants à la Cop 22 à Marrakecch qui ont montré que les APE vont endommager davantage notre planète et renforcer la menace qui plane sur l’espèce humaine.

La Coalition sera au Colloque international de Dakar de novembre 2016 : « Les relations entre l’Afrique et l’Europe aujourd’hui : néolibéralisme, paix et développement » où elle interviendra avec l’agroéconomiste Jacques Berthelot sur « Accord de Partenariat Economique (APE), où en sommes-nous ? ».

Enfin, la Coalition Nationale non aux APE a été conviée à un séminaire sur la Zone de Libre Echange Continentale (ZLEC) organisée par la Commission de l’Union Africaine (CUA) dans le cadre de la Semaine Africaine du Commerce qui va se dérouler à Addis Abéba. Elle sera précédée d’une réunion de concertation de la société civile africaine sur le processus en cours de la ZLEC. A bas les APE ! A bas le franc CFA ! A bas les diktats du FMI, de la Banque Mondiale, de l’OMC ! A bas la colonisation de l’Afrique ! Vive la libération de l’Afrique !