L’UE accepte d’envisager un accord de libre-échange avec Pékin

All the versions of this article: [English] [français]

Reuters | 31/03/2014

L’UE accepte d’envisager un accord de libre-échange avec Pékin

Xi Jinping est le premier dirigeant chinois à visiter des institutions européennes à Bruxelles depuis l’établissement de relations en 1975.

Le chef de l’Etat chinois a appelé les dirigeants européens à envisager un accord de libre-échange et ce, alors que l’UE s’inquiète des libertés prises par les entreprises publiques chinoises avec les règles commerciales internationales.

Les Vingt-Huit ont accepté pour la première fois de considérer cette option si les négociations en cours sur un "accord d’investissement" pour améliorer les relations dans les affaires sont couronnées de succès.

"Conclure un tel accord global d’investissement entre l’UE et la Chine traduirait l’engagement conjoint des deux parties vers une coopération renforcée ainsi que leur volonté d’envisager des ambitions élargies y compris, une fois que les conditions seront réunies, un accord de libre-échange approfondi et global dans une perspective à plus long terme", peut-on lire dans un communiqué commun.

Un tel accord de libre-échange, qui créerait un marché d’environ deux milliards d’individus, paraissait impensable il y à peine un an. A ce moment-là, Bruxelles se préparait à imposer des sanctions commerciales sur les importations de panneaux solaires chinois, provoquant l’une des plus graves crises commerciales entre les deux partenaires.

Européens et Chinois ont chacun à gagner d’un éventuel partenariat. L’Europe connaît une croissance atone après plusieurs années de récession, ce qui s’est traduit par une forte hausse du chômage. La croissance chinoise commence à s’infléchir.

Le Premier ministre britannique David Cameron avait exprimé son soutien à un tel accord lors d’une visite à Pékin en décembre mais la France, l’Espagne et l’Italie ont fait valoir que la Chine tente d’inonder le marché européen avec des biens bon marché et des exportations subventionnées.

Selon un responsable européen, Xi Jinping s’est montré pressant lors de la rencontre de lundi pour convaincre le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, d’examiner l’idée d’un accord de libre-échange.

"L’Europe a accepté d’aller vers cet objectif à moyen terme. Nous préférons d’abord aller de l’avant sur l’accord d’investissement", a dit ce responsable. (Robin Emmott et Francesco Guarascio; Pierre Sérisier pour le service français)

keywords:
source: Reuters