La Confédération paysanne convoquée par la police pour une action de 2014

JPEG - 440.9 kb

Terre-net | 1 février 2018

La Confédération paysanne convoquée par la police pour une action de 2014

La Confédération paysanne, en la personne de son représentant légal et porte-parole Laurent Pinatel, a été convoquée jeudi dans un commissariat de région parisienne pour l’occupation du siège de Cargill en 2014 afin de protester, déjà, contre les traités de libre-échange.

« C’est une plainte qui a été déposée par la société Cargill sur le motif de violation de propriété privée », a déclaré à l’AFP Laurent Pinatel. Le 24 septembre 2014, plusieurs dizaines de militants de la Confédération Paysanne avaient occupé pendant plusieurs heures le siège du géant de l’agroalimentaire Cargill, à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), pour protester contre les accords de libre-échange du Tafta, qui a fait long feu, et du Ceta, signé depuis par l’UE.

« Cette action, on l’a revendiquée, on l’a assumée le jour de l’action, je leur ai dit que je n’avais rien à déclarer de plus que ce qu’on a dit ce jour-là », a expliqué Laurent Pinatel à sa sortie du commissariat. « On trouve ça troublant, au moment où on commence à reparler de plus en plus d’accords de libre-échange, d’avoir cette convocation pour dire, quelque part, "si vous nous embêtez trop, on peut vous coller devant la justice" », a ajouté Laurent Pinatel. « Le parquet décidera si oui ou non il y a des suites. La concordance avec le retour des accords de libre-échange, ça peut être le hasard, mais quand même ! », a-t-il relevé, au moment où un accord UE/Mercosur est au stade des négociations et où les éleveurs de bovins français s’inquiètent d’une augmentation des quotas de viande importés.

« On considère que c’est le libre-échange en lui-même qui est nocif à la société », a-t-il déclaré jeudi, dans la droite ligne du discours tenu lors de l’occupation du siège de Cargill. « Ce genre d’accord ne profite qu’aux multinationales, dont Cargill est un symbole », avait alors expliqué Laurent Pinatel. « Le Canada va nous envoyer 65 000 tonnes de viande bovine par an, ça va faire chuter les cours en France, et ça passe par des négoces de type Cargill », avait-il insisté pour expliquer cette occupation.

source: Terre-net