La société civile opposée aux APE, au Franc CFA néocolonial… pas bienvenue chez Ouattara

PNG - 425.2 kb

Front anti APE anti CFA | 29 novembre 2017

La société civile opposée aux APE, au Franc CFA néocolonial… pas bienvenue chez Ouattara

Résistons aux politiques qui tuent l’espoir, à l’EurAfric, et aux Soros

Le Front anti APE anti CFA se réjouit du rassemblement organisé le vendredi 24 Novembre à Dakar par le Collectif Stop au silence. Ce rassemblement a permis légitimement de s’indigner de la réduction en esclavage de citoyens africains. Le Front pointe du doigt la centralité de la responsabilité des gouvernements africains qui appliquent des politiques diktats des impérialistes et s’en mettent plein les poches au détriment des peuples. Ainsi point besoin d’être devins pour savoir que les émigrés irréguliers sont issus, par exemple au Sénégal, des familles des 20% de sénégalais qui ont vécu l’insécurité alimentaire en 2016, des 70% de taux d’échecs au baccalauréat ces 3 dernières années ou encore des 65% de Pme qui disparaissent moins de 3 ans après leur création. La situation en Libye est aussi le résultat de la stratégie du chaos des pays impérialistes (France, Grande Bretagne, Etats-Unis) qui l’ont déstabilisée notamment par l’assassinat de l’insoumis Kadhafi. Le Front anti APE anti CFA compte continuer à travailler avec toutes les organisations qui prennent aussi en charge le règlement radical de cette tragédie par la remise en cause des politiques néo coloniales qui engendrent la misère et le désespoir. Dans cette perspective, nos gouvernements doivent être interpellés, dans la prise en charge actuelle et urgente de ce drame mais également dans la suspension des politiques qui assassinent l’espoir.

Le Front anti APE anti CFA et la Coalition Nationale NON AUX APE ont participé, du 26 au 28 Novembre 2017, à Abidjan, avec d’autres organisations de la société civile africaine et d’ailleurs, au Forum citoyen dans le cadre du 5e Sommet Afrique UE. Le Front a dénoncé la nature des relations entre l’Afrique et l’UE, l’EurAfric, qui s’inscrit dans la même perspective que la Françafric. Le Front a saisi cette occasion pour évoquer la nécessité, sur la question du Franc CFA, de réaliser un Frexit en réalisant l’objectif « FRANCE DEGAGE ! » et a réaffirmé son opposition aux APE. Le Front condamne l’attitude des autorités ivoiriennes qui ont empêché la société civile de se réunir le 28 novembre 2017 en envoyant sur les lieux de la réunion beaucoup de policiers. Cela prouve encore une fois que si Dakar est la capitale politique de la Françafric, Abidjan en est la capitale économique mais aussi que le slogan « Côte d’Ivoire Nouvelle » n’est qu’un slogan creux.

Le Front anti APE anti CFA a été invité à participer à un projet financé par l’Open Society Foundation de Soros. Le Front a décidé de ne pas participer à ce projet. Soros s’est illustré dans son implication dans les « révolutions colorées », la manipulation d’organisations de la société civile particulièrement de jeunes dans le but d’atteindre ses objectifs de pays de plus en plus ouverts à ses business néo libéraux dans les quatre coins de la terre. Soros, avec ses organisations et ses moyens financiers colossaux, s’est assigné comme objectif d’influencer les processus politiques dans plusieurs pays à travers le monde. Ceci par une stratégie d’ingérence et de financement des groupes et mouvements de jeunes, de blogueurs, de journalistes ou de groupes de presse pour les utiliser dans la déstabilisation éventuelle de gouvernements pas favorables à ses intérêts et à ses objectifs. Le but de Open Society Foundation est de faciliter et de renforcer la main mise d’un des membres de l’oligarchie, Soros, sur nos Etats et nos ressources par le contrôle de la société civile, des activistes et leaders influents.

Le comité de pilotage

Dakar, le 29 Novembre 2017