Lancement du deuxième tour de l’ALECA : Détermination et prudence

JPEG - 68.8 kb

Express FM | 29 mai 2018

Lancement du deuxième tour de l’ALECA : Détermination et prudence

by Rassem Fessi

Le coup d’envoi du 2ème tour des négociations sur «l’accord de libre-échange global et approfondi entre la Tunisie et l’Union européenne» qui se déroulera du 28 au 31 mai a eu lieu aujourd’hui lundi 28 mai 2018 aux locaux de la Présidence du Gouvernement à La Kasbah.

Hichem Ben Ahmed, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, a indiqué qu’ils avaient eu une réunion aujourd’hui avec des représentants de la société civile pour discuter de ce projet et de ses répercussions, ajoutant que ces réunions ont connues la présence d’experts et d’universitaires.

Ben Ahmed a également déclaré qu’à la demande de la société civile, une étude approfondie élaborée par la partie tunisienne et qui n’était pas financée par l’Union européenne, a été lancée pour évaluer les impacts de cet accord de libre-échange complet et approfondi sur l’économie tunisienne.

Il a souligné que parmi les points nécessaires aujourd’hui pour conclure ce partenariat, y figure la facilitation de la mobilité des professionnels par la libéralisation des visas.

Le secrétaire d’Etat a ajouté qu’une formation spéciale a été créée pour les négociateurs tunisiens avec l’Union européenne, qui sont considérés comme les normes les plus élevées de l’administration tunisienne.

Il a souligné que tous les indicateurs économiques encouragent actuellement l’entrée dans ce partenariat, avec un taux de croissance de 2,5%, un taux de croissance des exportations de plus de 12% et un taux de croissance de plus de 30% dans le secteur touristique.

Pour sa part, Lobna Jribi, présidente de l’association SOLIDAR, a déclaré que cet accord avec l’Union européenne aura des impacts sur les générations futures, ajoutant qu’elle propose la sélection d’un secteur semi-libéral en Tunisie avec une compétitivité importante et le choisir comme une première expérience pilote.

Pour sa part, Karim Daoud, président du syndicat des agriculteurs tunisiens, a déclaré qu’il fallait faire attention avant de conclure ce partenariat, ajoutant que le secteur agricole tunisien est fragile et a des problèmes structurels et n’a pas de programme d’avenir clair.

Il a également signalé que 80% du secteur en Tunisie est une petite agriculture et ne peut pas rivaliser avec l’Union européenne.

Karim Daoud a souligné qu’il est nécessaire de réhabiliter notre secteur agricole afin que nous puissions concurrencer l’Union européenne.

Le président du syndicat a également mentionné que les petits agriculteurs devraient être structurés en coopératives afin de pouvoir pénétrer les marchés européens.

Il a également souligné qu’il est nécessaire de penser au grand danger pour nos ressources naturelles, en particulier la pénurie d’eau.

keywords:
source: Express FM