Libre-échange: Harper veut un accord avec la Corée du Sud

La Presse | 16 Jan 2014

Libre-échange: Harper veut un accord avec la Corée du Sud

Le premier ministre Stephen Harper a fait savoir que 2014 est l’année des grandes décisions pour le Canada et la Corée du Sud qui ont relancé leurs négociations en novembre dernier, après une longue pause de cinq ans.

Joël-Denis Bellavance

Désirant consolider son legs politique en faveur du libre-échange après la signature, l’automne dernier, d’un accord avec l’Union européenne, le gouvernement Harper met les bouchées doubles pour parapher une entente avec la Corée du Sud.

Le premier ministre Stephen Harper a fait savoir que 2014 est l’année des grandes décisions pour les deux pays qui ont relancé leurs négociations en novembre dernier, après une longue pause de cinq ans.

«J’espère que nous serons en mesure de conclure une entente de libre-échange avec la Corée du Sud dans un proche avenir. Je crois que nous allons conclure un accord cette année ou il n’y en aura tout simplement pas», a affirmé le premier ministre à Vancouver, où il rencontrait la semaine dernière des journalistes issus des médias ethniques. Le contenu de cette rencontre a été mis en ligne hier.

Selon des informations obtenues par La Presse, certains ministres influents pourraient être plus réticents à appuyer un tel traité, étant donné les craintes du secteur automobile devant l’arrivée d’un plus grand nombre de véhicules construits en Corée. Le ministre des Finances, Jim Flaherty, et le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, feraient partie de ceux au cabinet qui devront être convaincus de la justesse d’un tel accord.

«Il y a de la résistance de la part de certains ministres», a confié une source qui a requis l’anonymat.

Le premier ministre a d’ailleurs reconnu que son gouvernement doit convaincre le secteur automobile du bien-fondé d’un accord avec ce pays de l’Asie. «Il y a un peu de résistance au Canada face à la perspective d’un tel accord, notamment du côté du secteur automobile. Mais j’espère que nous allons mener ces négociations à terme. Nous allons le savoir dans un proche avenir. Il s’agit ici du meilleur marché dans la région de l’Asie pour le Canada», a-t-il dit.

L’industrie du porc souhaite un accord avec ce pays depuis des années. Radio-Canada a rapporté lundi qu’une entente serait imminente et pourrait être annoncée d’ici un mois. Mais au bureau du ministre du Commerce international, Ed Fast, on refuse d’avancer quelque échéancier que ce soit.

«Depuis plusieurs années, le Canada travaille en étroite collaboration avec la Corée en vue de conclure un accord de libre-échange bilatéral de qualité. Ce travail se poursuit. [...] Comme toujours, le Canada ne signera que des accords qui reflètent les intérêts des Canadiens», a indiqué un proche collaborateur de M. Fast, Rudy Husny.

Les négociations entre le Canada et la Corée du Sud ont été mises sur la glace après que la Corée eut imposé un embargo sur les importations de boeuf canadien dans la foulée de la découverte de cas de maladie de vache folle en Alberta en 2008. L’embargo a été levé en 2012, mais les négociations ont repris seulement en novembre.

keywords:
source: La Presse