Malgré l’AEUMC, Ottawa va poursuivre ses négociations avec Pékin

JPEG - 46.9 kb

Agence France Presse | 16 octobre 2018

Malgré l’AEUMC, Ottawa va poursuivre ses négociations avec Pékin

Le Canada est déterminé à poursuivre les négociations commerciales avec la Chine malgré une disposition du nouvel accord de libre-échange avec les États-Unis et le Mexique ciblant ce genre de discussions, a déclaré le premier ministre Justin Trudeau.

«Discutons des domaines dans lesquels nous pouvons travailler ensemble, qui aient un sens pour chacun d’entre nous et qui bénéficient aux Canadiens», dit M. Trudeau dans une entrevue au quotidien The Globe and Mail publiée lundi soir. «Effectivement, les discussions se poursuivent avec la Chine pour faire avancer plusieurs possibilités commerciales».

Le nouvel Accord États-Unis-Mexique-Canada (AEUMC), conclu fin septembre, comporte un article prévoyant que Washington, Ottawa et Mexico doivent se consulter avant de conclure un nouveau traité de libre-échange avec une tierce partie qui n’a pas une économie de marché, ce qui est le cas de la Chine aux yeux de Washington. Si un membre de l’AEUMC désapprouve ce nouveau traité, il peut mettre fin au pacte nord-américain sous six mois.

Selon M. Trudeau, Washington avait «initialement mis en avant une proposition de l’AEUMC très, très rigide sur le commerce avec la Chine». «Nous les avons amenés à accepter de discuter entre nous des négociations commerciales qu’on pourrait entreprendre avec la Chine, ce qui est très positif pour nous», assure le chef du gouvernement libéral.

Les négociations sur la modernisation de l’ex-Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) ont montré que le Canada était trop dépendant économiquement des États-Unis, destination de près des trois quarts des exportations canadiennes, juge M. Trudeau.

«Je crois que nous avons tous reconnu qu’il était extrêmement important de diversifier notre commerce et nous sommes heureux de continuer à discuter avec les Chinois, ça ne fait aucun doute», reconnaît-il.

Ottawa et Pékin ont lancé il y a deux ans des discussions exploratoires en vue d’un traité de libre-échange qui ferait du Canada le premier pays occidental à être lié de la sorte à la Chine.

Mais la deuxième économie de la planète, accusée de pratiques commerciales déloyales, est dans le collimateur du président Trump, et cette clause a été interprétée par plusieurs observateurs comme une manière pour Washington d’empêcher Ottawa et Mexico de s’allier à Pékin sans le consentement des États-Unis.

keywords:
source: AFP