Séoul aide les producteurs lésés par l’accord de libre-échange avec l’UE

JPEG - 23.3 kb
En 2010, le porc produit localement représentait 85% du marché local, contre seulement 5,6% pour le porc européen, mais cette proportion est passée à 71-12,2% l’an dernier.

AFP 23/08/2012

Séoul aide les producteurs lésés par l’accord de libre-échange avec l’UE

La Corée du Sud apporte un soutien financier aux producteurs lésés par l’accord de libre-échange avec l’Union européenne (UE), lequel a permis à certains secteurs d’exportation européens, comme la viande, de faire une percée sur le marché sud-coréen depuis un an.

La Commission sud-coréenne du commerce, un organisme public, a indiqué jeudi avoir accepté le recours d’une entreprise de transformation du porc ayant vu son activité s’effondrer à cause de l’importation de viande européenne, moins chère.

L’entreprise, basée dans la province méridionale du Nord Jeolla, a enregistré une chute de 30% de ses ventes sur un an au cours des six premiers mois de l’année, a indiqué un responsable de la commission à l’AFP.

En 2010, le porc produit localement représentait 85% du marché local, contre seulement 5,6% pour le porc européen, mais cette proportion est passée à 71-12,2% l’an dernier.

L’entreprise va donc être éligible à des prêts préférentiels et à une aide financière au titre du conseil au développement ou à des fins de restructuration.

La commission étudie par ailleurs le recours formé par une entreprise de vins et spiritueux qui a rapporté un fort recul des vins coréens au profit de vins européens.

L’accord de libre-échange entre la Corée du Sud et l’UE prévoit l’élimination, à l’horizon de 5 ans, de plus de 98% des droits de douane appliqués à leur commerce bilatéral.

Il doit permettre de doubler à moyen terme le commerce européen avec la Corée du Sud, quatrième partenaire commercial de l’UE en dehors de l’Europe.

Le texte prévoit également l’élimination de barrières non douanières, notamment certaines réglementations et normes pour le secteur automobile, les médicaments ou l’électronique grand public.

Cet été, la France a demandé à la Commission européenne de mettre sous surveillance cet accord de libre-échange, lui reprochant de favoriser les importations de véhicules coréens au détriment des constructeurs locaux.

Paris affirme que sur les deux premiers mois de l’année, la hausse des importations des véhicules de tourisme sud-coréens est de 50%.

keywords:
source: AFP