bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

Canada-Colombie

Le 7 juin 2008, le Canada a conclu un accord de libre-échange (ALE) avec la Colombie. Le gouvernement canadien insistait sur cet accord, déclarant que « la Colombie est un marché établi et en croissance pour les exportateurs canadiens (blé, légumineuses, orge, produits du papier, machinerie lourde) et les fournisseurs de services (secteurs des mines, du pétrole et du gaz, de l’ingénierie, de l’information et des communications), ainsi qu’une destination stratégique pour les investisseurs canadiens (mines, exploration pétrolières, imprimerie et éducation).

Le Canada a aussi affirmé que l’ALE « favorisera un climat d’investissement plus stable et prévisible en Colombie ». Nombre de Colombiens et de Canadiens pensent autrement et croient plutôt que les ramifications économiques de l’ALE entraîneront davantage d’instabilité et une augmentation des violations des droits de la personne dans un pays où la violence et les conflits font déjà rage. Les intérêts miniers, par exemple, bénéficieront grandement de l’égalité de traitement dans l’exploitation des ressources naturelles de la Colombie. Mais dans un pays où les syndicalistes et les défenseurs des droits des travailleurs sont régulièrement ménacés et assassinés, plusieurs affirment que l’implication d’intérêts économiques canadiens ne fera qu’augmengter la persécution illégale de ceux et celles qui luttent pour de meilleures conditions de travail et d’autres causes similaires. L’exploitation minière, comme celle qui se développe dans la ville de Marmato par la compagnie canado-colombienne Goldfields, menace de déplacer des communautés entières pour faciliter les activités minières, et ce, dans un pays où l’on estime qu’il y a déjà entre 1,8 et 3 millions de personnes déplacées à l’intérieure des frontières.

Les relations commerciales Canada-Colombie sont négligeables comparativement à d’autres pays, dépassant à peine le milliard de dollars par année. Toutefois, en termes de secteurs impliqués dans des mégaprojets (mines, pétrole, gaz), les multationales canadiennes sont parmi les joueurs les plus importants.

Concernant la promotion de cet ALE par le Canada, Micheal Hart, un enseignant de l’Université Carleton à Ottawa, affirme : « Il s’agit d’un geste politique [de la part du gouvernement Harper] envers un gouvernement assiégé en Colombie. » La question est de savoir si le gouvernement Uribe — avec sa guerre civile impliquant une offensive totale contre la guérilla, ses poignées de mains avec les paramilitaires, et sa guerre sale contre les syndicalistes, la gauche politique et les défenseurs des droits de la personne — est le genre de régime « assiégé » envers qui le Canada devrait poser des « gestes » amicaux.

Il n’y a pas d’ébauche de l’accord accessible au public, et ce dernier a été conclu sans recevoir l’évaluation préalable du Comité permanent des affaires étrangères et du commerce international.

La couverture médiatique a été minimale et la majorité des Canadiens ignorent l’existence de cet accord.

L’accord a été signé par le gouvernement du Canada le 21 novembre 2008, malgré les fortes critiques des partis de l’opposition et les condamnations de la part d’organisations sociales en Colombie. Il est entré en vigueur le 15 août 2011, assurant une importante valeur stratégique au gouvernement colombien puisque qu’il facilite la ratification de ses ALE avec les États-Unis et l’Union européenne.

dernière mise à jour : mai 2012


Le rapport du gouvernement canadien faussé dès le départ
Pour la troisième année consécutive, le gouvernement canadien a failli à ses obligations juridiques de prendre en compte les répercussions humaines de l’Accord de libre-échange Canada-Colombie.
L’industrie canadienne de la viande rouge demande de nouveau au gouvernement du Canada de reprendre les pourparlers de libre-échange avec la Corée du Sud
Le Conseil canadien du porc, Canada Porc International, la Canadian Cattlemen’s Association et le Conseil des viandes du Canada ont uni leurs forces pour presser le gouvernement du Canada de reprendre les négociations d’un accord de libre-échange (ALE) avec la Corée du Sud, interrompues depuis 2008.
Harper défend le TLC avec la Colombie en dépit de critiques sur les droits de l’Homme
Le Premier ministre canadien Stephen Harper a défendu mercredi à Bogota l’entrée en vigueur lundi d’un traité de libre-échange avec la Colombie, en dépit des critiques de défenseurs des droits de l’Homme face aux violations de droits rapportées dans ce pays.
Tournée latino-américaine : Stephen Harper en Colombie
La visite de Stephen Harper arrive une semaine avant l’entrée en vigueur d’un traité de libre-échange entre la Colombie et le Canada, qui entraînera la suppression graduelle des barrières tarifaires sur de nombreux produits, dont le boeuf et le blé.
ALE avec la Colombie : Le président du CTC demande aux députés de dire non
Le président du Congrès du travail du Canada demande instamment aux députés de ne pas ratifier l’accord de libre-échange avec la Colombie. "Si les députés votent en faveur de ce projet de loi, ils signaleront au monde entier l’abandon de nos valeurs démocratiques à l’étranger", dit Ken Georgetti.
Manif contre le libre-échange Canada-Colombie
Le regroupement SOS-Colombie a fait une pierre deux coups aujourd’hui en dénonçant la présence du président Colombien, Alvaro Uribe, dans la Métropole et le projet d’accord commercial du Canada avec ce pays d’Amérique du Sud.
Une coalition contre le libre-échange canado-colombien
Une coalition tente de bloquer le processus de ratification d’un accord de libre-échange canado-colombien en raison de la violence et des violations répétées des droits de la personne qui sévissent en Colombie.
Le traité de libre-échange avec la Colombie est "honteux"
"Il n’y a qu’un gouvernement en faillite morale qui accepterait un traité de libre-échange avec un pays ayant un des pires bilans au chapitre des droits de la personne dans le monde occidental", a affirmé Dave Coles, président du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier du Canada.
Le Canada et la Colombie annoncent un accord de libre-échange
Un accord de libre-échange entre le Canada et la Colombie a été annoncé vendredi, peu après l’arrivée du premier ministre Stephen Harper au Pérou en vue du sommet de la Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC) cette fin de semaine.
Le Canada facilite un accord de libre-échange entres les États-Unis et la Colombie
En Colombie, la stratégie officiellement énoncée est que de généreuses conditions préférentielles accordées au Canada en vertu de l’entente feront en sorte que les concurrents américains supplantés exerceront des pressions sur le Congrès et exigeront qu’il réexamine la décision de refuser de signer une entente de libre-échange avec la Colombie.