bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

Corée

Le gouvernement de la Corée du Sud a conclu ou négocie de nombreux accords de libre-échange et d’investissement. Les mouvements sociaux coréens se sont mobilisés contre ces derniers depuis que l’accord de libre-échange (ALE) Corée-Chili a été proposé.

À ce jour, la Corée du Sud a signé des ententes avec le Chili (2004), l’Association européenne de libre-échange (AELE, 2004), Singapour (2005), l’Association des pays du Sud-Est asiatique (ASEAN, 2007), les États-Unis (2007, ratifiée en 2011), le Pérou (2011) et la Turquie (2012). Des pourparlers sont en cours avec et le Canada, la Chine, le Mexique, l’Inde, l’Union européenne et, techniquement parlant, le Japon. Les négociations avec la Colombie sont au point mort en raison de sa demande de bénéficier de meilleures conditions pour ses exportations de fruits et de fleurs, que celles offertes par la Corée au Chili et au Pérou. Séoul cherche aussi à ouvrir des négociations avec le Mercosur, la Malaisie, la Turquie, le Pérou, et possiblement Israël.

dernière mise à jour : mai 2012
Photo : Joe Mabel / CC BY-SA 3.0


Séoul et Ankara ont conclu un ALE de facto sur les services et investissements
La Corée du Sud et la Turquie ont tenu leur septième série de négociations à Séoul entre les 30 juin et 4 juillet et ont conclu un accord de libre-échange (ALE) de facto dans les secteurs des services et investissements
Séoul donnera une priorité absolue à la signature d’un ALE avec la Chine
Le gouvernement accordera une priorité absolue à la signature de l’ALE avec la Chine avec l’objectif de faciliter la pénétration des entreprises sud-coréennes sur le marché intérieur de la Chine en plein essor. Il examinera également la faisabilité du Partenariat transpacifique (TPP).
Park veut un accord de libre-échange avec l’Indonésie
La mise en place d’un accord de libre-échange entre la Corée du Sud et l’Indonésie permettrait de continuer à soutenir le commerce en pleine expansion et les échanges entre les deux pays, a affirmé la présidente Park Geun-hye dans un entretien accordé au quotidien indonésien Kompas