bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

ZLEC

La Zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC ou ZLECAf) est un accord commercial en vigueur depuis juillet 2019, entre 27 États de l’Union africaine (UA). Il vise à créer une vaste zone de libre-échange de plus de 1,3 milliard de personnes avec un PIB combiné de plus de 2 000 milliards de dollars US.

L’idée de créer une zone de libre-échange à l’échelle de l’Afrique a émergé lors du sommet de l’UA de 2012 à Addis-Abeba. Les négociations ont débuté en 2015 et l’accord a été signé par 44 des 55 États membres de l’UA, en mars 2018, lors du sommet de l’UA à Kigali. Dans un premier temps, des puissances économiques, comme l’Afrique du Sud et le Nigeria, ont refusé d’endosser l’accord. Toutefois, l’Afrique du Sud a signé en juillet 2018, tandis que le Nigeria a adhéré à la dernière minute, en juillet 2019, lorsque l’accord est entré dans sa phase opérationnelle. L’Érythrée est le seul État de l’UA à avoir refusé de signer.

La ZLEC vise à libéraliser 97 % des produits : 90 % des produits non sensibles et 7 % des produits sensibles. La phase 1 du processus de négociation s’est concentrée sur le commerce des biens et des services. La phase 2 comprend les règles sur la concurrence, la propriété intellectuelle et l’investissement, et devrait être achevée d’ici 2020.

Bien que le cadre de l’accord ait été en vigueur, des questions de fond essentielles restent à régler, notamment certaines règles d’origine, des concessions tarifaires et des engagements spécifiques dans le secteur des services.

Alors que ses partisans ont affirmé que la ZLEC favorisera le développement en Afrique et aidera les entreprises africaines, l’accord a également suscité de nombreuses critiques et de l’opposition.

La ZLEC a été dépeinte par certains comme un afro-libéralisme déguisé en panafricanisme, reposant sur le même dogme du capitalisme et du libre-marché, qui ne bénéficie qu’au capital transnational, et soutenu par de grandes institutions et agences internationales telles que l’UE, la CNUCED, l’OMC et la Banque mondiale.

Jusqu’à présent, le Nigéria a été le terrain de l’opposition la plus forte à la ZLEC. Des fabricants, des commerçants, des agriculteurs, des petites et moyennes entreprises ont exprimé la crainte que l’Afrique ne devienne une décharge pour produits bon marché en provenance de l’étranger, ce qui pourrait faire des ravages sur le processus actuel d’industrialisation.

L’économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla l’a qualifié d’"initiative prématurée" qui bénéficierait aux grandes entreprises étrangères, ainsi qu’aux poids lourds africains. Il affirme, au contraire, que la priorité devrait être donnée aux politiques de d’industrialisation, de développement des infrastructures panafricaines dans les secteurs routier, maritime, ferroviaire, aérien et informatique.

Certaines puissances étrangères ont déjà décelé des opportunités que la ZLEC va générer. La Chine envisage d’en tirer parti pour relier les marchés africains et chinois, afin de promouvoir la libre circulation des marchandises, des personnes, des capitaux et des technologies. L’Inde est sur le point de conclure un accord commercial avec l’Ile Maurice, qui lui permettrait d’avoir un ancrage en Afrique. Pour des investisseurs turcs, la ZLEC présente aussi des possibilités de développement de leurs activités sur l’ensemble du continent, tandis que l’Union européenne pourrait envisager un méga-accord commercial. L’Union africaine serait, par ailleurs, en faveur d’un accord commercial Afrique-États-Unis lorsque la Loi sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA) viendra à expiration en 2025.

Le texte de la ZLEC est disponible ici : https://www.bilaterals.org/?zlec-texte-consolide-mars-2018

Dernière mise à jour : septembre 2019


L’accord sur la zone de libre échange africaine sera finalisé en mai prochain
Le sommet devra finaliser les règles définissant les produits qui seront fabriqués en Afrique et les tarifs qui seront démantelés durant les cinq prochaines années.
Zone de libre-échange continentale africaine, un « danger » pour certains états
Le démantèlement des barrières douanières pourrait entrainer une chute drastique des recettes dans certains États d’Afrique central et plomber la compétitivité du secteur privée locale.
L’Algérie, 30e pays à adhérer à la ZLECAF
L’Algérie a officiellement rejoint la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), devant ainsi le 30 pays membres de ce nouvel espace de commerce régional.
Interview de Ken Ukaoha
Ken Ukaoha est président de l’Association nationale des commerçants nigérians (NANTS) et partage son point de vue sur la Zone de libre-échange continentale africaine.
Au Burkina Faso, le milieu des affaires s’interroge sur la ZLECAf
Au Burkina Faso, de nombreux hommes d’affaires émettent des inquiétudes avec ce vaste espace commercial de plus d’un milliard de personnes.
L’insécurité devient l’obstacle No 1 à la réalisation de la Zone de libre échange continentale africaine
Sur les 54 Etats africains qui ont signé l’accord, pas moins d’une vingtaine sont concernés directement ou indirectement par des violences (terroristes, communautaires, sécessionnistes).
L’Afrique du Sud se prépare à mettre en œuvre la Zone de libre-échange continentale africaine
Le gouvernement sud-africain a mis en place lundi un comité chargé d’élaborer des plans d’action relatifs à la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA).
Les habitants de N’Djamena ne croient pas à la Zlec
Malgré l’entrée en vigueur de l’accord sur la zone de libre échange économique, les commerçants tchadiens sont toujours victimes de tracasseries et d’humiliations à la frontière avec le Cameroun.
Une zone de libre-échange africaine, pour quoi faire ?
Les détracteurs craignent que la ZLEC expose les pays faiblement industrialisés à un afflux de biens à bas coût, créant une situation de concurrence impossible à soutenir pour les petits producteurs et industriels locaux.
Réunion du dialogue de la société civile sur l’Afrique du 28 juin 2019
La préparation de la ZLECAf représente une perte de temps et de ressources pour les Etats africains qui réduira les ressources qui devraient être concentrées sur le renforcement économique et politique des Communautés économiques régionales