bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Accord de partenariat économique : dès 2021, le Cameroun attend de l’UE un financement de plus de 600 millions d’euros

JPEG - 242.9 kb
Huard

Ecofin | 18 novembre 2020

Accord de partenariat économique : dès 2021, le Cameroun attend de l’UE un financement de plus de 600 millions d’euros

par Aboudi Ottou

(Agence Ecofin) - 607 millions d’euros pour financer les mesures d’accompagnement de l’APE avec l’Union européenne. Bruxelles promet de se « pencher prochainement » sur cette question qui avait été mise entre parenthèses, au regard de la volonté du Cameroun de suspendre temporairement la mise en œuvre de l’accord.

Après l’annonce par le Cameroun de « sa volonté de rétablir dès le 1er janvier 2021, le calendrier de démantèlement tarifaire contenu dans l’Accord de partenariat économique (APE) » avec l’Union européenne (UE), Bruxelles informe qu’elle va se « pencher prochainement » sur la demande de financement de la stratégie nationale de mise en œuvre de l’APE, conçue par Yaoundé, informe Investir au Cameroun.

En effet, le 24 juillet 2020, Alamine Ousmane Mey, le ministre de l’Economie, en charge de la conduite de l’APE avec l’UE, a soumis à la partie européenne et à ses Etats membres un document de plaidoyer relatif au financement de cette stratégie, qui contient les besoins prioritaires en matière de mesures d’accompagnement de l’APE. Chiffré à 607,63 millions d’euros (398,6 milliards de FCFA), le plan a pour objectif d’améliorer l’environnement des affaires et stimuler les investissements, promouvoir un secteur privé dynamique et compétitif, augmenter les exportations du Cameroun et favoriser l’intégration régionale, et enfin conduire le monitoring de l’APE.

« L’objectif général de ces mesures d’accompagnement est de promouvoir un accroissement quantitatif et qualitatif des biens et services produits et exportés par le Cameroun, de sorte à pleinement profiter de l’accès illimité au marché européen, tel que garanti par l’APE », reconnait Hans-Peter Schadek, ancien chef de délégation de l’UE au Cameroun (2017-2020). A la veille de la programmation du prochain programme de coopération (2021-2027), le précédent s’achevant cette année, Alamine Ousmane Mey avoue qu’une réaction de l’UE sur cette question serait « très appréciée ».

Divergences

Mais jusqu’ici, Bruxelles a fait le mort. « Cette demande nous est parvenue en coïncidence avec la lettre du gouvernement qui nous informait de la suspension temporaire de la mise en œuvre de l’APE. Il était donc utile de clarifier en premier lieu la question de la reprise de l’application de l’accord », explique, le lundi 16 novembre 2020, Sébastien Bergeon, chargé d’affaires par intérim à la délégation de l’UE au Cameroun, pour justifier ce silence. Il faut cependant dire qu’entre l’envoi du document de plaidoyer et la lettre de notification de la suspension de la mise en œuvre de l’APE, il s’est écoulé deux semaines. « Vu l’avancement sur ce sujet, nous allons pouvoir nous y pencher prochainement dans la continuité de notre partenariat constructif », assure aujourd’hui le diplomate européen sollicité par Investir au Cameroun.

Avec la compensation de l’impact fiscal net (IFN), les mesures d’accompagnement font partie du volet développement de l’APE (articles 10 et 12 de l’accord). Cette question a toujours fait l’objet de frictions entre le Cameroun et son partenaire européen. Yaoundé attend de Bruxelles un engagement similaire à celui pris en Afrique de l’Ouest. Dans cette partie du continent, l’UE s’est engagée à financer le premier plan opérationnel de 5 ans (2015-2020) du programme APE pour le développement, à hauteur de 6,5 milliards d’euros (près de 4 261 milliards FCFA). Mais jusqu’ici, en ce qui concerne le Cameroun, l’UE n’est pas allée au-delà des ressources disponibles dans le cadre de la coopération au développement, arrêtée avant la ratification de l’APE par ce pays de la Cemac.

Pour Yaoundé, le volet développement de l’APE n’est donc toujours pas mis en œuvre. Dans sa correspondance du 10 novembre 2020, adressée au chef de la délégation de l’UE à Yaoundé et annonçant la reprise du démantèlement tarifaire suspendu le 4 août 2020, le ministre camerounais de l’Economie sollicite « sans délai l’accompagnement de l’Union européenne dans la mise en œuvre » de ce volet de l’accord.


 source: Ecofin