bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

L’UE et l’Australie échangent leurs offres d’accès au marché

JPEG - 209 kb

Le Sillon Belge | 23 octobre 2019

L’UE et l’Australie échangent leurs offres d’accès au marché

Dans la perspective de la conclusion d’un accord de libre-échange, les négociateurs de l’Union européenne et de l’Australie, réunis à Canberra (Australie) du 14 au 18 octobre pour le cinquième cycle de négociations commerciales bilatérales, ont présenté leurs offres respectives d’accès au marché sur l’ensemble des lignes tarifaires.

S’exprimant lors de la séance d’ouverture au ministère des Affaires étrangères et du Commerce à Canberra, la négociatrice en chef de l’UE, Helena König, a déclaré que « l’offre européenne est ambitieuse. Les deux parties ont un objectif commun: progresser vers un bon résultat. Nous voulons nous assurer que nous pouvons progresser encore plus loin dans tous les domaines ». La négociatrice en chef australienne, Alison Burrows, a demandé de son côté aux équipes de négociateurs de trouver des solutions et d’« avancer sur la voie de la conclusion ».
Protéger les appellations

Lors de la dernière série de négociations en juillet 2019, l’Union européenne a posé plusieurs conditions pour ouvrir son marché aux entreprises australiennes. Parmi celles-ci, la protection des appellations de 400 produits européens, comme le gruyère, la feta ou encore le prosecco. À cette occasion, l’Australie avait publié la liste de noms de denrées alimentaires que l’UE souhaite que l’Australie protège en tant qu’indications géographiques.

« La décision du gouvernement de publier cette liste est une étape importante pour améliorer l’accès des exportateurs australiens à l’une des plus grandes économies du monde », avait alors déclaré l’ambassadeur de l’UE en Australie, Michael Pulch. Il avait ajouté que « cette publication ouvre la voie à la mise au point par l’UE de la première offre d’accès au marché en vue d’un échange avec l’Australie ». Précisant aussi que « la liste indique clairement que les producteurs australiens n’auront pas à changer le nom de leurs produits s’ils utilisent des noms communs tels que brie, camembert, salami, gouda, pecorino ou cheddar ».

La future présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, a exprimé dès le mois d’août sa volonté de « conclure rapidement les négociations en cours». La prochaine série de négociation est prévue du 9 au 13 décembre à Bruxelles.


 source: Le Sillon Belge