bilaterals.org logo
bilaterals.org logo
   

Les Etats-Unis et le Kenya négocient un accord de libre-échange

All the versions of this article: [English] [français]

JPEG - 155.6 kb

Le Figaro | 8 juillet 2020

Les Etats-Unis et le Kenya négocient un accord de libre-échange

avec AFP

Les États-Unis et le Kenya ont lancé des négociations pour nouer un accord de libre-échange avec l’objectif de «conclure un accord global de haut niveau» qui servira de modèle pour des accords avec d’autres pays africains, a annoncé mercredi l’administration Trump. «Le Kenya est un leader reconnu sur tout le continent, un partenaire stratégique important des États-Unis, et nous avons un énorme potentiel pour approfondir nos liens économiques et commerciaux», a déclaré le représentant américain au commerce (USTR) Robert Lighthizer, cité dans un communiqué.

Ce dernier, artisan de l’accord commercial avec la Chine et du nouveau traité de libre-échange avec le Mexique et le Canada, négociera avec Betty Maina, secrétaire du ministère kényan de l’Industrialisation, du Commerce et du Développement des entreprises. Washington a par ailleurs assuré qu’il continuerait de soutenir les efforts d’intégration régionale de l’Afrique dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), censée devenir l’espace commercial le plus peuplé du monde.

«Le Kenya et les États-Unis ont de solides relations commerciales, comme en témoigne l’augmentation au fil des ans des exportations et des importations», a commenté de son côté Betty Maina. Selon elle, un accord permettra d’apporter de la visibilité et garantira «un accès préférentiel au marché américain pour les produits kényans».
À lire aussi : Au Kenya, al-Chebab s’attaque aux Américains

Le Kenya ambitionne en outre d’attirer des investisseurs américains pour «créer des opportunités d’emplois et catalyser d’autres chaînes de valeur qui bénéficieront aux micro- et petites entreprises» du pays. L’USTR rappelle qu’en 2018, le président Donald Trump et son homologue Uhuru Kenyatta avaient noué un partenariat stratégique et créé un groupe de travail sur le commerce et l’investissement «pour jeter les bases d’un renforcement des relations commerciales futures».

Début 2020, les deux dirigeants sont convenus de resserrer leurs liens économiques par la négociation d’un accord de libre-échange ciblant des secteurs jugés stratégiques tels que l’énergie, la santé, l’économie numérique, les infrastructures, l’industrie manufacturière ou encore l’agriculture.


 source: Le Figaro