Accord UE - Japon : l’accord du siècle ou du siècle dernier ?

All the versions of this article: [English] [Español] [français]

PNG - 108.7 kb

France Culture | 1 février 2019

Accord UE - Japon : l’accord du siècle ou du siècle dernier ?

Avec 30 % du PIB mondial et 635 millions de consommateurs, le JEFTA qui entre aujourd’hui en vigueur est l’accord commercial le plus important au monde. Les retombées économiques prévues sont assez faibles, mais il est aussi un signal politique dans le contexte de guerre commerciale sino-américaine.

Ce vendredi 1er février 2019, le JEFTA, Japan-EU free trade agreement, l’accord de libre-échange entre le Japon et l’UE, entre en vigueur. Fruit de 4 ans de négociations, ce traité a été signé le 17 juillet 2018 par Jean-Claude Juncker, chef de la Commission européenne, Donald Tusk, président du Conseil et Shinzo Abe, Premier ministre du Japon, à Tokyo. Un accord historique mis en oeuvre en réaction au virage protectionniste américain et à la superpuissance économique chinoise.

Un partenariat économique d’envergure mais controversé dans son action pour la protection de l’environnement

Depuis que Donald Trump a dénoncé le TTIP, le traité de libre-échange transpacifique et que le Royaume-Uni envenime ses relations commerciales avec l’Union Européenne via le Brexit, les négociations entre le Japon et l’Union Européenne ont été fructueuses en 2018. Le Japon est le 6e partenaire économique de l’UE, inversement, l’UE est le 3e partenaire économique du Japon. On évaluerait ces échanges comme l’équivalent du 1/3 du PIB mondial, soit 27,8%, ce qui représente 36,9% du commerce mondial.

Ces échanges commerciaux concernent donc en tout près de 635 millions de personnes : l’élimination des obstacles tarifaires et non tarifaires augmenterait les exportations totales vers le Japon d’un quart et la levée des droits de douane permettrait d’économiser 1 milliard d’euro pour l’UE. Les entreprises européennes bénéficieront de normes internationales renforcées et certains produits précis seront protégées.

Le JEFTA représente également un enjeu politique de taille car il est présenté comme un "symbole" face au protectionnisme américain. Reste à savoir si cela va provoquer un effet d’entraînement. Le Ceta (Comprehensive Economic and Trade Agreement) accord signé en 2017, avait surtout suscité les passions notamment judiciaires, la Cour de justice de l’Union européenne a validé récemment sa compatibilité avec le droit européen via son système de règlement de différends entre les investisseurs privés et les Etats. Vendredi 18 janvier, la Commission Juncker a dévoilé ses plans pour créer un "mini-TTIP" (Transatlantic Trade and Investment Partnership) avec les Etats-Unis pour réduire les droits de douane sur les produits industriels, alors que Trump avait refusé ce traité lors de son arrivée à la Maison Blanche.

L’accord UE-Japon est important en terme de masses économiques mais celles-ci sont très distinctes : l’UE et le Japon représentent en effet 30% du PIB mondial mais la relation bilatérale équivaut à moins de 1% du commerce international. C’est un accord important politiquement et stratégiquement pour les deux partis, il ne va pas non plus bouleverser le commerce international. Sébastien Jean

Cependant, cet accord bilatéral et stratégique a déjà fait l’objet de critiques, notamment en matière de transparence et de protection environnementale. Seule l’organisation Greenpeace a pu rendre public certains documents issus de ces négociations avec les "Jefta Leaks", soit 205 pages des brouillons des différents chapitres des négociations nippones et européennes. Malgré la présence des accords de Paris dans les engagements du traité, le Japon ne devrait rien faire sur le manque de réglementation sur le trafic de bois illégal et la pratique de la chasse à la baleine au sein de son pays.

keywords:
source: France Culture